Passer au contenu
La Financière agricole du Québec

Accessibility options

The following options can improve your browsing experience on our site. Select the options that suit you best.

Style Sheet

Text size

News room

La synergie familiale au coeur du succès des Jardins de la Bergère

Cet article est paru dans l'édition du 25 février 2020 de l'Hebdo Rive-Nord.

Benoît Crépeau et Isabelle Imbeault ont créé les Jardins de la Bergère en 2008. Leurs légumes nourrissaient alors quelque 25 familles. Maintenant, 400 familles sont inscrites à leurs paniers de légumes biologiques comportant une quarantaine de variétés. Leurs filles Laurie et Marianne se sont jointes à eux et bientôt, l’un de leurs fils quittera sa carrière de militaire pour aussi se greffer à cette entreprise florissante. « C’est passionnant, motivant et valorisant le succès, surtout quand on est plusieurs pour le partager », s’enthousiasme Marianne.

« Ce qui nous distingue? poursuit-elle, c’est en bonne partie la qualité de nos produits. Ils sont frais, beaux et goûteux. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi notre sens de l’humour, notre sincérité et notre passion. Nous mettons beaucoup d’amour dans ce que nous faisons et… ça se goûte! »

Les membres des Jardins de la Bergère.Une entreprise de la relève qui demeure… à la relève

C’est une première subvention accordée par La Financière agricole dans le cadre de son programme d’appui financier à la relève qui a initialement permis à Benoît et Isabelle de construire le bâtiment de la ferme, le centre de la vie active de l’entreprise. Depuis, la croissance a été constante, et ce, à plusieurs niveaux. La famille a agrandi son équipe, elle a travaillé à améliorer sa productivité et son efficacité, de même qu’elle a diversifié ses activités. Entre autres, les volets de l’agrotourisme, des animaux de compagnie et de la transformation de produits sont en plein essor.

L’approche de la famille Crépeau est simple : désigner une personne responsable d’un volet de l’entreprise en fonction de ses intérêts, ses forces et ses connaissances. Et avec l’intégration des enfants à temps plein, assurer la croissance et la pérennité de la ferme devenait incontournable. La famille a donc acheté la terre voisine, d’une superficie de 118 arpents. « C’était une belle occasion pour nous, avance Marianne. Et dans cette complexe démarche d’acquisition, les consultations auprès de notre conseiller nous ont été indispensables. Au sein de La Financière agricole, nous avons été accompagnés de génération en génération par des personnes en or. En plus du service rapide et efficace, nous avons le sentiment que notre conseiller croit en nous. »

En retour, le conseiller en financement Luc Gonthier n’a que de bons mots pour les membres de cette famille. « Ils ont le sens des affaires et ils font les bons choix. Ils font beaucoup avec peu. Ils persistent, ils sont débrouillards, efficaces et consciencieux. Ils collaborent de façon exemplaire pour fournir toute la documentation dont j’ai besoin pour bien analyser leur dossier, ce qui facilite beaucoup la démarche de financement. »

Au-delà de nourrir, les Jardins de la Bergère s’est donné la mission d’éduquer et de sensibiliser les gens sur la provenance du contenu de leur assiette. Ils multiplient les activités et les initiatives à cet effet, et la population apprécie énormément cette attention. « Je pense que ce qu’on fait doit porter un sens et nous apporter quelque chose, à nous personnellement, et aussi à notre collectivité », précise Marianne.

M. Gonthier renchérit. « Ils sont engagés à reconnecter les urbains et les résidents de la région à une agriculture pratiquée à une échelle humaine. Ils font rayonner leur coin de pays en sollicitant la participation de la population pour toutes sortes d’activités mettant à l’honneur l’agriculture. Les gens ont un réel sentiment d’appartenance envers cette ferme. C’est beau de voir l’attraction qu’ils exercent, leur côté rassembleur… sans compter leur chiffre d’affaires qui progresse chaque année! »

« Nous avons travaillé fort pour bâtir notre entreprise et nous sommes restés une famille unie, conclut Marianne. Ce n’est pas toujours facile de travailler avec ses parents… et ils diraient assurément la même chose de leurs enfants, dit-elle en riant. Mais on a réussi! On a le vent dans les voiles et on est fiers des projets à venir. »


Luc Gonthier
Conseiller en financement

La Financière agricole est fière d’accompagner les entrepreneurs de la relève