Passer au contenu
Logo du gouvernement du Québec. Accéder à Québec.ca
La Financière agricole
du Québec
La Financière agricole du Québec

Options d'accessibilite

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

À propos de nous

Concours 2020 Tournez-vous vers l'excellence!

Concour 2020 Tournez-vous vers l'excellence

Les lauréats et les récipiendaires des bourses du 15e concours Tournez-vous vers l’excellence! seront dévoilés le 24 novembre 2020 lors du Colloque Gestion, organisé par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ).

Les détails sur la formule de cet événement seront connus sous peu. L’information sera aussi directement transmise à tous nos participants.

Cette année encore, vous pourrez découvrir le profil des gagnants grâce à de superbes vidéos qui seront mises en ligne sur ce site Web et également diffusées sur nos réseaux sociaux, dès le 24 novembre prochain.

Bravo et bonne chance à tous nos finalistes!

Annie Marcoux

Annie Marcoux

Bleuetière Marland (Fruitier, maraîcher, acériculture, agrotourisme)
Sainte-Marie, Chaudière-Appalaches

En 2016, Annie Marcoux s'est jointe à la bleuetière familiale avec une vision précise : créer un attrait agrotouristique majeur dans la région. Inspirée par les nouvelles tendances et ses voyages, elle veut « faire vivre aux gens une expérience authentique ». Elle actualise l'image de marque de l'entreprise, modernise ses installations, diversifie son offre alimentaire et prend un virage vert. Son chiffre d'affaires triple et la clientèle afflue, autant pour la cueillette de fruits et légumes que pour profiter de la majestueuse terrasse, du bar laitier, de l'aire de jeux ou de la fermette. Elle est à la tête de la planification stratégique et de la stratégie de croissance de l'entreprise. Elle est aussi active dans le commerce en ligne et les réseaux sociaux, dans le but d'offrir une expérience sans frontière.

Cynthia Coulombe

Cynthia Coulombe

Ferme La Croisée (Laitier)
Saint-Fabien, Bas-Saint-Laurent

Du cran, Cynthia Coulombe en a. À 23 ans, elle rachète les parts d'un oncle dans la ferme laitière avec pour unique bagage ses études. Aussitôt, elle prend en charge la gestion du troupeau et de la production, celle des champs et des cultures, ainsi que la gestion globale de l'entreprise. « J'ai dû acquérir plusieurs compétences d'un seul coup, mais je me suis découverte plus forte et solide que je l'aurais cru. » Elle modernise les installations et améliore le bien-être de ses animaux, leur production et le potentiel génétique du troupeau. La moyenne de production du troupeau a augmenté de 2 000 kg par vache depuis six ans et son intervalle de vêlage se situe sous les 380 jours. Surtout, la qualité de son lait s'est améliorée, primes à l'appui. Aujourd'hui mère de famille, Cynthia est fière du chemin parcouru et de vivre son rêve d'enfance.

Kim Loranger

Kim Loranger

Porc Extra (Porcin)
Saint-Thomas, Lanaudière

L'entreprise de Kim Loranger fait partie des fermes les plus performantes du Québec. C'est à 25 ans qu'elle acquiert 100 % de l'entreprise porcine familiale. Celle qui se donne pour mission de gérer une ferme performante et rentable considère que « l'entrepreneuriat est un processus créatif ». Elle savait qu'elle allait rencontrer des défis, mais sa formation d'agronome a été son pilier. Être aux petits soins pour ses 500 truies relève d'une passion de son enfance. Depuis qu'elle est chef d'entreprise, elle obtient des performances techniques au-dessus de la moyenne. D'ailleurs, elle effectue elle-même minutieusement les inséminations. La santé et la génétique de ses animaux, tout comme leur taux de fécondité et de natalité, sont enviables.

Guillaume Pelland

Guillaume Pelland

Paysage gourmand (Vivaces comestibles)
Rawdon, Lanaudière

Guillaume Pelland se positionnera incontestablement comme un leader dans le domaine de la production horticole, la conception de plans d'aménagement paysager et la réalisation d'espaces utilitaires et esthétiques. Son entreprise produit plus de 450 vivaces comestibles de toutes les saveurs. Une diversité incomparable. Au cours des dernières années, il a établi sa crédibilité en horticulture par le biais de conférences, de publications dans les magazines spécialisés et de participations à des événements d'envergure telle l'ExpoHabitation du Stade olympique. Ses ventes, revenus et bénéfices surpassent les attentes. Sa pépinière, « un véritable laboratoire végétal », attire un nombre croissant de visiteurs. À court terme, il veut exercer un leadership dans le domaine de l'autonomie alimentaire.

James Thompson

James Thompson

Notre petite ferme (Maraîcher biologique)
Lochaber-Partie-Ouest, Outaouais

Pour James Thompson, la concurrence n'existe pas. Il n'y a que des partenaires. « Nous croyons à la force d'être unis et solidaires pour favoriser l'agriculture d'ici. » Sa ferme cultive plus de 35 variétés de légumes qui sont vendus en 350 paniers biologiques chaque semaine. Ses ventes progressent de 15 % annuellement. Même si les affaires vont bien, ce qu'il recherche avant tout est de « s'engager pour faire avancer l'agriculture, contribuer à la saine alimentation et à une planète en santé ». Lui qui n'avait pas de formation en agriculture a aussi à cœur d'offrir un environnement de travail où règne l'entraide. Il agit à titre de mentor auprès d'employés aspirant à s'établir dans le milieu agricole et aussi auprès de fermes en démarrage. Il redonne aux banques alimentaires et aux jardins communautaires et il offre gratuitement des ateliers de jardinage et culinaires à sa communauté.

Jean-Philippe Richard

Jean-Philippe Richard

Ferme avicole Paul Richard et fils inc. (Oeufs de consommation)
Rivière-Héva, Abitibi-Témiscamingue

Jean-Philippe Richard chapeaute une ferme de 72 000 poules, qui pondent en moyenne 330 œufs chacune par année. L'entreprise compte une trentaine d'employés, dont certains ont 30 ans d'ancienneté. La ferme familiale a été parmi les premières au pays à se doter de poulaillers avec un système enrichi, ce qui représentait des investissements importants, mais un choix favorable pour le bien-être des poules, la priorité de Jean-Philippe Richard. Formé en électricité industrielle, il a conçu les plans de ses poulaillers, y compris leur système d'automatisation. Le poste de classification, unique dans la région, classifie les œufs de tous les producteurs de l'Abitibi-Témiscamingue. Il veut constamment pousser l'optimisation et l'automatisation à leurs plus hauts niveaux, ce qui fait de lui le premier à essayer de nouvelles technologies, pour ensuite partager son expérience. « J'aime partager avec les autres agriculteurs notre savoir, nos techniques et nos manières de faire. Ainsi, ils peuvent faire de même, et peut-être encore mieux que nous! »

Sébastien Grandmont

Sébastien Grandmont

Le Petit Mas (Ail biologique et transformation des fleurs d'ail)
Martinville, Estrie

Avec plus de 16 hectares en culture, la transformation de plus de vingt tonnes de fleurs d'ail et un chiffre d'affaires de plus de 1 M$, Sébastien Grandmont se positionne comme un leader en production d'ail au Québec. Il a d'ailleurs recours à un procédé de transformation unique au Québec et au monde. Depuis l'achat de la ferme, sa production d'ail est passée de 5 760  kg à 37 560 kg. Ses revenus sont sept fois plus élevés et son fonds de roulement a doublé, malgré des investissements réalisés sans recourir au financement. Ses fleurs d'ail sont vendues dans plus de 500 points de vente partout au Québec et exportées jusqu'en Europe. Sa notoriété s'est également accrue par ses participations à des événements telle la Fête des vendanges Magog-Orford. L'entreprise embauche une dizaine de personnes à l'année et offre une cinquantaine d'emplois saisonniers.

René Bougie

René Bougie

La Miellerie King (Apiculture et produits transformés du miel)
Kingsey Falls, Centre-du-Québec

Ce qui n'était qu'un hobby est devenu une entreprise fructueuse. René Bougie a fait l'acquisition d'une première ruche, et le projet a pris son envol de manière fulgurante. Depuis son démarrage, son chiffre d'affaires s'est multiplié. L'entreprise transforme maintenant le miel sous toutes ses formes, que ce soit en sauce, en caramel, en hydromel, en cocktail d'hydromel, en boisson sans alcool, en mistelle, en liqueur et en spiritueux. Ses produits sont distribués dans plus de 350 points de vente au Québec. Non issu du monde agricole, il a su aller chercher la formation et l'encadrement pertinents pour réussir ce tour de force. Il aspire maintenant à être un leader dans son industrie. « Je suis habité par le désir de me dépasser, de me réinventer et d'explorer des lieux encore inconnus dans le monde du miel. La limite, c'est notre imagination. »

Louis Demers-Rousseau

Louis Demers-Rousseau

Ferme Roumer (Lait biologique et grandes cultures biologiques)
Parisville, Centre-du-Québec

Louis Demers-Rousseau souhaitait louer une partie de la terre familiale pour y produire de l'ail biologique. Le départ d'un actionnaire lui a plutôt offert l'occasion de prendre entièrement la relève de la ferme laitière. L'an dernier, il s'est classé 7e sur 134 parmi les troupeaux biologiques au Canada, selon l'indice de performance du troupeau (IPT). Il a entamé un important projet d'expansion, dont la construction de nouveaux bâtiments pour augmenter le confort de ses vaches. Il est fier de la croissance de son entreprise, qu'il qualifie d'efficace, polyvalente et diversifiée. Il vise à être le plus autosuffisant possible pour l'alimentation des vaches et à faire des investissements qui génèrent de la richesse. Scientifique de formation, il travaille à l'amélioration continue de ses pratiques, tout en minimisant le plus possible son impact environnemental, ce qui lui permet d'obtenir de meilleurs rendements dans ses champs de cultures. « Je n'aspire à rien de moins que rendre l'agriculture biologique aussi performante que l'agriculture conventionnelle. »

Jean-François Janelle

Jean-François Janelle

Ferme Wendover (Lait et grandes cultures)
Saint-Cyrille-de-Wendover, Centre-du-Québec

Jean-François Janelle a effectué un retour à la ferme il y a quelques années, en vue de maintenir une entreprise dynamique et active dans l'industrie laitière. Sa ligne directrice est claire : analyser chaque volet de l'entreprise à la recherche de gains économiques et de productivité. Sa stratégie de croissance repose notamment sur l'achat continu de quotas et sur l'expansion du cheptel. La construction d'une nouvelle étable lui a permis d'accroître le bien-être des animaux. La performance est en croissance, atteignant parfois à son plus haut niveau 1,75 kg de matières grasses par jour, par vache. L'an dernier, lors du 150e anniversaire de la municipalité, la contribution de la ferme au sein de la communauté a été soulignée. Elle a aussi tenu la vedette du lancement des publicités « Télaitroman » des Producteurs de lait du Québec. Ambassadeur à ses heures, Jean-François tient à faire rayonner la profession d'agriculteur. « Je veux promouvoir de façon positive l'agriculture, ça me motive à m'engager auprès de mes pairs. »

Concours « Tournez-vous vers l'Excellence! »

Ce concours s'adresse aux jeunes entrepreneurs agricoles qui, grâce à leurs aptitudes professionnelles et à leurs qualités de gestionnaires, se démarquent par l'excellence de leur profil.

Cinq bourses seront remises, totalisant 13 000 $ :

  • 5 000 $ au grand gagnant;
  • 2 500 $ aux deux autres lauréats;
  • 1 500 $ au candidat s’étant le plus démarqué en matière de développement durable;
  • 1 500 $ au candidat s’étant démarqué notamment par l’importance de son encadrement ou de son mentorat. Cette bourse est remise par le Fonds d'investissement pour la relève agricole (FIRA).

En réalisant ce concours, La Financière agricole du Québec, en collaboration avec le CRAAQ, démontre l'importance qu'elle accorde à la formation ainsi qu'à un ensemble de qualités et de talents ouvrant la voie à l'exercice de la profession d'agriculteur.

Grands gagnants et lauréats du concours 2019, 2018 et 2017