Passer au contenu
Logo du gouvernement du Québec. Accéder à Québec.ca
La Financière agricole
du Québec
20 ans, historique de La Financière agricole du Québec
La Financière agricole du Québec
20 ans, historique de La Financière agricole du Québec

Options d'accessibilite

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

Salle de presse

L'état des cultures au Québec en 2019, rapport numéro 17, bilan fin de saison 2019 au 18 mars 2020

Résumé de la saison 2019

Maïs-grain et soya

La saison de culture 2019 a été marquée par des conditions climatiques défavorables, notamment par un printemps pluvieux et frais retardant les semis, lesquels ont été complétés avec un retard pouvant aller jusqu’à trois semaines, selon les régions. L’automne a été marqué par d’importantes précipitations, des gels causant des retards de mûrissement des récoltes, une tempête automnale le 1er novembre causant la verse ou le bris des tiges de maïs-grain ainsi que des précipitations importantes de neige sur l’ensemble de la province.

Foin et pâturages

La saison a été marquée par des pertes occasionnées par des conditions hivernales défavorables à la survie des plantes, notamment en raison d'épisodes de redoux et de pluie suivis de températures froides. Le printemps frais et la présence de neige au sol ont retardé le début de la saison dans plusieurs régions. Des pertes importantes de quantité liées au manque de précipitations en 2e et 3e fauches ont été observées dans plusieurs régions.

Pommes

Le froid et la pluie ont occasionné une récolte tardive. Somme toute, pour l’ensemble des régions, le calibre était petit, mais les rendements et la qualité ont été près des normales.

Sirop d’érable

La production de sirop d’érable a connu un départ tardif. La température a favorisé une bonne production totale. Toutefois, des pertes de rendement et une qualité moindre ont été constatées dans certaines régions.

Apiculture

La saison s’est bien déroulée. Somme toute, les rendements et la qualité ont été près de la normale, malgré une survie difficile des abeilles causée par la chaleur de l’été 2018 et la persistance du couvert de neige.

Céréales, canola, haricot sec et pommes de terre

La saison a été marquée par un printemps où les semis et les plantations ont été retardés de quelques jours à quelques semaines. La croissance des céréales en a été affectée dans certaines régions. En moyenne, pour toutes ces cultures, le rendement et la qualité ont été dans la normale.

Petits fruits

La saison a été marquée par un printemps tardif ayant ralenti la croissance des plants dans certaines régions. En moyenne, le rendement et la qualité des fraises ont été variables selon les régions. Le rendement et la qualité des bleuets ont été dans la normale au Saguenay–Lac-Saint-Jean et inférieurs à la normale dans les autres régions.

Cultures maraîchères

La saison a été marquée par un printemps tardif ayant ralenti la croissance des plants. En moyenne, le rendement et la qualité ont été bons.

Légumes de transformation

Malgré le printemps tardif ayant ralenti la croissance des plants, le rendement et la qualité des légumes de transformation, comme le haricot et le pois de transformation, ont été dans la normale ou supérieurs à celle-ci, à l’exception de la région de Lanaudière.

Avis de dommages et indemnités versées

5 673 avis de dommages enregistrés, principalement pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (4 202) ainsi que la sauvagine (358), comparativement à 4 874 au total l’an dernier.

Indemnités versées à ce jour : 112,3 M$, dont près de 44 M$ pour la protection Foin et pâturages, 35 M$ pour la protection Céréales, maïs-grain et protéagineuses et plus de 15 M$ pour la protection collective du maïs-grain.

Conditions climatiques particulières

Hiver

  • L’hiver 2018-2019 a débuté tôt avec une couverture de neige au sol dès la mi-novembre. Les températures hivernales moyennes ont été plus froides et jumelées à une abondance de précipitations sous forme de pluie et de neige.
  • L’alternance de périodes de redoux et de températures froides a favorisé l’apparition de couches de glace.

Printemps

  • Une crue des eaux importante est survenue dans les régions de l’Outaouais, des Laurentides, de la Montérégie, de la Mauricie, du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Beauce, créant des inondations aux abords des cours d’eau. Ce sont plus de 14 000 ha qui ont été inondés cette année. En plus de se retirer tardivement, les inondations ont laissé des résidus dans les champs.
  • Les conditions printanières ont été plus froides et plus humides que les normales. Le mois de mai était le huitième mois consécutif avec des températures moyennes sous les normales.
  • Une averse de grêle est survenue en Chaudière-Appalaches le 3 juin.

Été

  • Un épisode de grêle a été observé en Montérégie à la fin juin.
  • Une tornade de force EF-1 a été confirmée le 11 juillet à Saint-Roch-de-l’Achigan ainsi que dans la municipalité de Lac-aux-Sables en Mauricie le 30 juillet. À cette même date, une microrafale a été observée dans le secteur de Danville en Estrie.
  • Des épisodes de grêle sont survenus dans le secteur de Saint-Édouard, dans le Centre-du-Québec, les 27 et 30 juillet, ainsi que dans les secteurs de Nicolet et de Baie-du-Febvre, également dans le Centre-du-Québec, dans la journée du 3 août.
  • Des températures chaudes et humides ont été ressenties en août, bien que la température moyenne ait été en dessous de la normale dans la majorité des régions. À cet égard, plusieurs nuits sont demeurées chaudes. De faibles précipitations se sont présentées sous forme d’orage localisé.
  • Des épisodes de grêle sont survenus notamment à Sherbrooke, en Estrie, à Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint Alexandre, en Montérégie, à Saint-Justin, en Mauricie, à Notre-Dame-de-Lourdes, dans le Centre-du-Québec, et à Grande Rivière et Sainte-Thérèse-de-Gaspé, en Gaspésie, le 9 août, ainsi qu’à Saint-Paul-d’Abbotsford, en Montérégie, le 10 août.
  • Les températures nocturnes se sont approchées de 0 degré Celsius au Bas-Saint-Laurent dans la nuit du 31 août au 1er septembre ainsi qu’en Abitibi-Témiscamingue et au Saguenay–Lac-Saint-Jean dans la nuit du 2 au 3 septembre. La fréquence des précipitations s’est maintenue dans la majorité des régions.
  • Une tornade de force EF-1 a frappé Sainte-Rose-de-Watford, en Chaudière-Appalaches, le 4 septembre et la tempête tropicale Dorian a touché la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine les 7 et 8 septembre, occasionnant des vents violents et de fortes pluies.

Automne

  • Un épisode de grêle est survenu en Montérégie (secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu) le 26 septembre.
  • Les températures en dessous des normales ainsi que la fréquence des précipitations se sont maintenues à la fin septembre pour la majorité des régions. D’ailleurs, d’importantes précipitations de pluie sont survenues le 1er octobre en Montérégie (secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu) alors que près de 45 mm sont tombés.
  • Les dernières régions ayant subi leur première gelée nocturne sont la Montérégie (secteur de Châteauguay) et l’Outaouais (le long de la rivière des Outaouais) vers la mi-octobre.
  • Des rafales atteignant plus de 123 km/h ont été enregistrées dans la région administrative de la Capitale Nationale le 17 octobre.
  • Les fortes précipitations du 31 octobre, combinées aux vents violents du 1er novembre, ont engendré la verse des plants de maïs-grain dans plusieurs champs de la plupart des régions.
  • Des précipitations de neige sont survenues au début de novembre et ont laissé un important couvert de neige au sol.
  • Les conditions climatiques ont varié de très froides à plus clémentes, avec des accumulations de neige et de la pluie offrant peu de fenêtres propices aux récoltes et aux travaux aux champs en novembre et en décembre. Les régions plus au nord ont accumulé de la neige, alors que les régions plus au sud ont vu leur couvert de neige réduit ou disparaître complètement.

Degrés-jours

  • Les stations météo des régions suivantes ont cumulé plus de degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Pépinière Trécesson, Val-d’Or RCS, Rapide Sept et Rouyn
    • Capitale-Nationale
         :   Baie-Saint-Paul, Deschambault SM et Saint-Hilarion F
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Rivière-du-Loup, Saint-Éloi, Saint-Fabien, Saint Joseph-de-Lepage, Saint-Gabriel-de-Rimouski, Lac-Matapédia et Matane
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat Est, Percé, Cap-Madeleine, Saint-Godefroi, New Richmond East et Saint-Alexis-de-Matapédia
    • Chaudière-Appalaches
         :   Saint-Bernard, Saint-Aubert, Beauceville, Saint-Camille-de-Lellis et Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud
    • Côte-Nord
         :   Escoumins
    • Centre-du-Québec
         :   Victoriaville et Saint-Félix-de-Kingsey
    • Estrie
         :   Saint-Herménégilde, Melbourne et Newport
    • Montérégie
         :   Saint-Rémi, Saint-Liboire, Granby, Garagona et Franklin
    • Lanaudière
         :   Matawin Barrage amont et Saint-Jacques
    • Mauricie
         :   Shawinigan
    • Laurentides
         :   Réservoir Baskatong et Brownsburg-Chatham
    Toutes les autres régions ont cumulé un nombre de degrés-jours inférieur à la moyenne.

Unités thermiques maïs

  • Les stations météo des régions suivantes ont cumulé plus d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Rouyn, Pépinière Trécesson, Rapide Sept et Val-d’Or-RCS
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Rivière-du-Loup et Matane
    • Montérégie
         :   Garagona, Granby et Franklin
    • Lanaudière
         :   Matawin Barrage amont, Saint-Cléophas
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat Est, Cap-Madeleine, Saint-Godefroi
    • Chaudière-Appalaches
         :   Frampton
    • Laurentides
         :  Réservoir Baskatong
    • Saguenay–Lac Saint-Jean
         :   Jonquière
    Toutes les autres stations ont cumulé moins d’unités thermiques maïs (UTM). Les stations météo ayant cumulé le moins d’UTM sont celles de Papineau Labelle (Outaouais), d’Estcourt (Bas-Saint-Laurent) et de Lac-Sainte-Marie (Outaouais).

Le degré-jour et l’unité thermique maïs (UTM) sont des indices thermiques mesurant la quantité de chaleur disponible pour la croissance et la maturation des plantes.

  • Les degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius s’accumulent lorsque la température moyenne quotidienne dépasse 5 °C.
  • Les UTM s’accumulent lorsque la température minimale quotidienne observée est supérieure à 4,4 °C. En fin de saison, les UTM ne sont plus comptabilisées lorsque la température atteint -2 °C.

Pour plus d’informations sur les indices agrométéorologiques

Cumul des degrés-jours à partir du 1er avril (base 5 degrés)

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des degrés-jours à partir du premier avril (base 5 degrés). Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

Obtenir des informations additionnelles sur le graphique

Cumul des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

Obtenir des informations additionnelles sur le graphique

Évolution des semis, de la croissance et des récoltes

Pourcentages moyens de réalisation de récoltes des cultures céréalières, maïs-grain, protéagineuses et de pommes de terre

Régions administratives Avoine Blé Orge Maïs-grain Soya Haricot sec Canola Pommes de terre
Abitibi-Témiscamingue 95 100 95 50 90 *** 90 100
Bas-Saint-Laurent 100 100 100 100 100 *** 100 100
Capitale-Nationale 100 100 100 100 100 *** 100 100
Centre-du-Québec 100 100 100 99 100 *** *** 100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis 100 100 100 100 100 *** 100 100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie 100 100 100 100 94 *** 100 ***
Côte-Nord 100 *** 100 *** *** *** *** ***
Estrie 100 100 100 100 100 *** *** ***
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleine 100 100 100 *** 100 *** 100 100
Lanaudière 100 100 100 94 100 100 *** 100
Laurentides––Laval 100 100 100 94 100 *** *** ***
Mauricie 100 100 100 99 100 100 *** 100
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe 100 100 100 98 100 100 *** 100
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu 100 100 100 98 99 *** *** 100
Montérégie - Secteur de Châteauguay 100 100 100 98 100 *** *** 100
Outaouais 100 100 100 99 100 *** *** 100
Saguenay––Lac-Saint-Jean 100 100 100 100 100 *** 100 100
Total1 au 23 janvier 2020 99 100 99 97 97 100 97 100
  • *** Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région
  • 1. Pourcentages pondérés selon les superficies

Maïs-grain et soya

  • Retard des semis et des plantations allant de quelques jours à plus d’une semaine. Pour certains producteurs, ensemencement impossible en raison de la crue des eaux
  • Superficies de maïs-grain semées avec des hybrides plus hâtifs ou converties en soya en raison des conditions climatiques défavorables en début de saison
  • Émergence lente du maïs-grain et du soya. Levée inégale des semis et forte présence de mauvaises herbes en raison des sols trop humides
  • Conditions humides et fraîches de juin ralentissant la croissance du maïs et du soya qui ont besoin de beaucoup de chaleur pour se développer
  • Population et hauteur hétérogènes des plants dans les champs de maïs-grain et de soya
  • Apparition des croix du maïs, formation ou remplissage des gousses du soya au début août
  • Déficit d’eau observé par endroits affectant le maïs et le soya en août
  • Augmentation de la présence de maladies et d’insectes dans le soya au début septembre, comme la sclérotinia et le scarabée japonais
  • Battage du soya ayant débuté en octobre dans toutes les régions, excepté au Bas-Saint-Laurent. Mûrissement lent du maïs-grain en raison du manque de chaleur
  • Gel en septembre ayant mis fin au développement du maïs-grain et enclenchant son mûrissement dans l’ensemble des régions, sauf celles à l’extrême sud-ouest où le gel est survenu en octobre
  • Récolte du maïs fourrager s’étant terminée à la fin octobre dans la plupart des régions. Certains champs de maïs-grain ont été récoltés en maïs fourrager
  • Récolte du maïs-grain ayant débuté à la fin octobre dans la majorité des régions, malgré le taux d’humidité élevé et le poids spécifique faible par endroits. Progression lente et difficile de la récolte du maïs-grain observée dans la majorité des régions en raison des accumulations de neige sur les épis et de la verse causée par les forts vents du début de novembre. Situation ayant été suivie de près par La Financière agricole, les Producteurs de grains et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
  • Battage du soya s’étant terminé à la mi-novembre dans les régions de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et du Bas-Saint-Laurent en raison des précipitations de neige. Battage du soya s’étant poursuivi lentement jusqu’à la mi-décembre dans les autres régions. Certains champs abandonnés
  • Certains champs de maïs-grain ou de soya toujours non battus

Céréales, canola, haricot sec et pommes de terre

  • Survie à l’hiver difficile pour les céréales d’automne, surtout dans les régions au sud-ouest du Québec. Départ végétatif lent pour celles ayant survécu
  • Retard des semis et des plantations allant de quelques jours à plus d’une semaine
  • Émergence lente pour les cultures annuelles ayant besoin de chaleur, telles les pommes de terre. Levée inégale des semis et forte présence de mauvaises herbes en raison des sols trop humides
  • Conditions humides et fraîches de juin ayant favorisé l’apparition d’insectes et de maladies affectant les jeunes plantules, tels le ver fil-de-fer et le pythium
  • Population et hauteur hétérogènes des plants dans les champs de grandes cultures et de pommes de terre accentuées par les faibles précipitations dans certaines régions au 23 juillet. Retard de croissance toujours présent au 6 août malgré la chaleur
  • Moisson du blé débutée en août avec une paille plus courte que la normale
  • Floraison du canola au début août
  • Moisson des céréales ayant débuté à la mi-août, notamment pour le blé, l’avoine et l’orge, sauf dans les régions périphériques comme l’Abitibi-Témiscamingue et le Bas Saint Laurent où elle a débuté en septembre
  • Début de la récolte de pommes de terre de primeur retardée
  • Début du défanage des plants de pommes de terre dans les régions plus au nord à la mi-septembre. Récolte débutée dans les autres régions avec un calibre inférieur à la normale
  • Andainage du canola complété au 17 septembre et temps sec attendu pour le battage dans toutes les régions, sauf en Chaudière-Appalaches où la récolte progressait
  • Battage du haricot sec ayant débuté en octobre dans toutes les régions
  • Récolte des pommes de terre terminée à la mi-novembre dans presque toutes les régions, sauf en Montérégie, secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Récolte d’avoine, de blé et d’orge s’étant terminée à la fin octobre pour toutes les régions, sauf en Abitibi-Témiscamingue et au Bas-Saint-Laurent où elle s’est terminée à la mi-novembre. Champs non récoltés dans certaines régions à cause du manque de maturité
  • Récolte du canola s’étant terminée à la mi-novembre dans la plupart des régions

Évolution des productions acéricoles, légumières et pomicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Acériculture Cultures maraîchères Légumes de transformation Pommes
Régions administratives Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté
Abitibi-Témiscamingue
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Bas-Saint-Laurent
~
~
100 s.o s.o s.o s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Capitale-Nationale
~
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o.
~
100
Centre-du-Québec
~
100
~
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Estrie
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleine
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Lanaudière
~
~
100
~
~
100
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Laurentides––Laval
~
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Mauricie
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
100
~
~
100
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
100
~
~
100
~
~
100
~
~
~
100
Montérégie - Secteur de Châteauguay
100
~
~
100
~
100
~
~
~
100
Outaouais
~
100
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Saguenay––Lac-Saint-Jean s. o. s. o. s. o.
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.

Cultures maraîchères

  • Retard de croissance pour la majorité des productions
  • Début de la récolte de certaines cultures maraîchères dites hâtives, comme la laitue et le radis, à la fin juin
  • Début des récoltes de carottes, de citrouilles et de courges à la mi-septembre
  • Récolte de la plupart des cultures maraîchères terminée avec du retard au 15 octobre, sauf pour les cultures suivantes : poivrons, brocolis, betteraves et choux
  • Récolte des tomates en Montérégie s’étant terminée à la fin d’octobre
  • Récolte de la carotte terminée à la fin novembre. Certains champs de la Montérégie, secteur de Saint-Hyacinthe, n’ont pu être récoltés en raison des gelées mortelles affectant la fane

Légumes de transformation

  • Semis des haricots s’étant terminés la troisième semaine de juillet, alors que la récolte du pois de transformation débutait
  • Récolte de maïs sucré débutée dans la plupart des régions au début d’août avec plus d’une semaine de retard
  • Récolte du pois terminée dans toutes les régions à la fin d’août. Plusieurs champs ont été abandonnés en raison de l’excès de chaleur et du manque d’eau
  • Rendements et qualité dans les normales ou supérieurs à celles-ci, sauf dans la région de Lanaudière où les rendements et la qualité ont été inférieurs à la normale. Certains champs n’ont pas été récoltés

Pommes

  • Malgré les froids intenses et la présence de glace au sol à l’hiver, bonne survie des pommiers observée
  • Pommiers en fleurs avec plus d’une semaine de retard par endroits en raison du printemps froid et humide
  • Récolte de pommes ayant commencé au début septembre, conservant un retard d’environ une semaine
  • Récolte se terminant à la mi-octobre avec un rendement et une qualité près de la normale. Calibre plus petit occasionné par un manque d’eau

Évolution des productions fruitières et apicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Fraises Bleuets Apiculture
Régions administratives Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité %  récolté
Abitibi-Témiscamingue s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Bas-Saint-Laurent
~
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Capitale-Nationale
~
~
100
~
100
~
~
~
100
Centre-du-Québec s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o.
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Estrie
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleine s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Lanaudière s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Laurentides––Laval
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Mauricie
~
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
~
100
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~
100
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
100
Montérégie - Secteur de Châteauguay s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
~
100
Outaouais s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Saguenay––Lac-Saint-Jean
~
~
~
100
~
~
~
100
~
100

Petits fruits

  • Bonne survie hivernale des plants de bleuets
  • Débourrement et croissance lents des plants de fraises en Montérégie. Nombreux dommages par le gel hivernal observés
  • Retard de la floraison du bleuet et de la fraise dans la plupart des régions
  • Retard de croissance pour la majorité des productions fruitières
  • Récolte de fraises en rangs nattés débutant à la fin juin, avec un peu de retard en raison du manque de chaleur, et se terminant à la fin juillet avec des rendements près de la normale et une qualité variable ou dans la moyenne
  • Présence de pourriture sclérotique et d’altise dans quelques bleuetières du Saguenay–Lac-Saint-Jean lors du début de leur fructification à la fin de juin. Retard persistant du développement des bleuets en raison d’un manque d’eau à la mi-août
  • Récolte du bleuet nain semi-cultivé terminée au 1er octobre
  • Bonne croissance des fraises d’automne. Récolte se terminant à la fin octobre

Apiculture

  • Mortalité hivernale importante des abeilles dans plusieurs régions due à la chaude température estivale 2018, suivie d’une quantité importante de neige qui a tardé à fondre et au varroa qui n’a pu être éradiqué avant l’hiver
  • Début de l’extraction du miel dans la troisième semaine de juillet, malgré le butinage lent des abeilles occasionné par une floraison tardive. Par la suite, conditions climatiques favorisant l’essaimage
  • Première miellée terminée au 20 août pour plusieurs producteurs avec un rendement près de la normale et une qualité normale ou supérieure
  • Deuxième miellée effectuée malgré une température chaude et humide avec des rendements et une qualité près de la normale

Évolution des conditions de croissance et des récoltes du foin et des pâturages

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
1re fauche 2e fauche 3e fauche
Régions administratives Survie à l'hiver (repousse) Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté
Abitibi-Témiscamingue
~
~
~
100
~
100
~
100
Bas-Saint-Laurent
~
~
~
100
~
100
100
Capitale-Nationale
~
~
~
100
~
100
~
~
100
Centre-du-Québec
~
~
100
~
~
100
~
~
100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
~
100
~
100
~
~
100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
~
100
~
~
100
~
~
100
Côte-Nord
~
~
~
100
~
100 s.o. s.o. s.o.
Estrie
~
100
~
~
100
100
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine - Secteur de la Gaspésie
~
~
100
~
100 s.o s.o. s.o.
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine - Secteur des Îles-de-la-Madeleine
~
~
100
~
100 s.o. s.o. s.o.
Lanaudière
~
~
100
~
~
100
~
~
100
Laurentides––Laval
~
~
100
~
100
~
100
Mauricie
~
~
100
~
~
100
~
~
100
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
100
~
~
100
~
~
100
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
100
~
100
~
~
100
Montérégie - Secteur de Châteauguay
100
100
~
~
100
Outaouais
~
~
100
~
100
~
100
Saguenay––Lac-Saint-Jean
~
~
100
~
~
100
~
~
100

Les informations contenues dans ce tableau sont données à titre indicatif et ne sont pas basées sur les données des stations météo.

Foin et pâturages

  • Survie à l’hiver difficile pour les plantes pérennes causée par le gel ou l’asphyxie, surtout dans les régions au sud-ouest du Québec
  • Départ végétatif lent pour le foin et les pâturages se poursuivant jusqu’en juin, retardant la mise au pâturage du bétail
  • Première fauche de foin ayant débuté dans plusieurs régions dans la semaine du 10 juin et s’étant terminée entre le 9 et le 23 juillet. Rendement et qualité variables en raison des dommages causés par le gel hivernal et le manque de chaleur au printemps. La plupart des récoltes effectuées dans de bonnes conditions
  • Deuxième fauche de foin ayant débuté vers le 15 juillet, principalement pour les producteurs effectuant trois fauches ou plus
  • Récolte de la deuxième fauche de foin s’étant terminée à compter du 6 août pour certains producteurs. Rendements variables selon les régions et qualité normale
  • Reprise et croissance lentes après la deuxième fauche causées par la sécheresse des sols. Par la suite, croissance plus rapide en raison des précipitations plus fréquentes et des températures moins chaudes
  • Troisième fauche s’étant achevée en Montérégie le 17 septembre et vers le 15 octobre dans les autres régions avec des rendements près de la normale ou inférieurs à celle-ci

Avis de dommages et indemnités en assurance récolte

Au 3 mars, le tableau ci-dessous présente le nombre d’avis de dommages enregistrés pour chacune des cultures ainsi que les indemnités s’y rattachant.

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Cultures Nombre d'avis
de dommages
Indemnités versées
à ce jour ($)
Principales causes
de dommages
Principales régions indemnisées
Apiculture 50 874 973 Maladies
Sécheresse
Saguenay––Lac-Saint-Jean
Montérégie
Cultures émergentes 2 nd Sécheresse
Excès de pluie
nd
Cultures maraîchères 241 5 265 592 Grêle
Excès de pluie
Lanaudière
Montérégie
Céréales, maïs-grain et protéagineuses 4 202 34 982 614 Sécheresse
Excès de pluie
Montérégie
Centre-du-Québec
Collectif
(céréales, maïs-grain et maïs fourrager)
s. o. 15 882 844 Excès de vent
Sécheresse
Neige
Montérégie
Lanaudière
Collectif
(foin et pâturages)
s. o. 44 160 046 Gel hivernal
Excès de pluie
Manque de pluie
Montérégie
Bas-Saint-Laurent
Légumes de transformation 192 2 387 165 Sécheresse
Excès de chaleur
Montérégie
Lanaudière
Petits fruits 167 1 972 187 Sécheresse
Gel
Saguenay––Lac-Saint-Jean Montérégie
Pommes 243 3 464 452 Maladies
Sécheresse
Montérégie
Laurentides
Pommes de terre 66 1 284 579 Sécheresse
Maladies
Abitibi-Témiscamingue
Bas-Saint-Laurent
Sauvagine 358 1 005 321 Oiseaux migrateurs Saguenay––Lac-Saint-Jean
Outaouais
Sirop d’érable 152 1 098 023 Gel
Excès de chaleur
Chaudière-Appalaches
Capitale-Nationale
Total 2019 5 673 112 377 796 s. o. s. o.
Total 2018 4 874 102 949 162 s. o. s. o.
Total 2017 4 886 40 807 592 s. o. s. o.

Équipe de rédaction

Direction de l’intégration des programmes
Camylle Chénard, étudiante en agroéconomie
Julie Cimon-Morin, agronome
Frédéric Robert, agronome

Pour information

Relations médias
Cynthia Byrne
418 834-6866, poste 6569

Références

Avis important

L’état des cultures au Québec est publié toutes les deux semaines, de mai à novembre. Le bilan de l’année est publié généralement à la fin de l’hiver. Son contenu relate les faits climatiques portés à notre attention et les impacts qui en découlent. Il ne doit en aucun cas être interprété comme une analyse ou une position finale de La Financière agricole.