La Financière agricole du Québec

Options d'accessibilite

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

Salle de presse

L’état des cultures au Québec 2021, bilan au 6 juillet 2021, Rapport numéro 5

Nous aimerions savoir qui consulte l'état des cultures. Vous pouvez sélectionner le choix qui s’applique à votre situation. Merci de votre collaboration et bonne journée!

En bref

  • Survie à l’hiver
    • Bonne survie à l’hiver du foin et du pâturage observée malgré le faible couvert de neige dans certaines zones. Mortalité plus importante observée dans les régions de la Côte-Nord et de l’Abitibi-Témiscamingue
    • Bonne survie des abeilles dans la plupart des régions, mais mortalité plus importante au Centre-du-Québec
    • Bonne survie des céréales d’automne et des petits fruits malgré le faible couvert de neige
    • Bonne survie des pommiers
  • Eau d’érable moins sucrée que la normale et période de coulée plus courte. Rendement de sirop d’érable majoritairement en dessous de la normale, tandis que la qualité est normale ou en dessous de celle ci dans toutes les régions
  • Bonnes conditions climatiques en début de saison ayant favorisé les travaux aux champs. Semis effectués en avance par rapport à la normale dans plusieurs régions pour des cultures comme les céréales, le maïs-grain, les protéagineuses, les cultures maraîchères et les légumes de transformation
  • Déficit hydrique ayant un impact sur la levée et la croissance des cultures dans certains champs de plusieurs régions. Récentes précipitations ayant permis de diminuer l’impact du déficit hydrique dans plusieurs cultures, notamment pour le soya et le maïs-grain. Déficit hydrique encore présent dans plusieurs cultures comme les céréales de printemps et les bleuets
  • Gelées printanières tardives ayant causé des dommages à plusieurs plants, notamment de soya et de maïs, ainsi qu’à des fleurs de petits fruits et de pommiers
  • Bonnes conditions climatiques en début de saison ayant favorisé la croissance du foin et des pâturages. Première fauche terminée dans la plupart des régions. Deuxième fauche débutée dans quelques régions
  • Dans l’ensemble des régions, bonnes conditions de croissance pour plusieurs cultures, entre autres pour les pommes de terre et les céréales d’automne
  • 3 806 avis de dommages enregistrés, principalement pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (2 036) et le sirop d’érable (653), comparativement à 2 165 l’an dernier à la même période
  • Indemnités versées à ce jour : 5 532 652 $

Conditions climatiques particulières

Neige :

Les températures de l’hiver 2020-2021 ont été exceptionnellement douces. La première tempête de neige au Québec ayant laissé une accumulation considérable a eu lieu les 16 et 17 janvier. L’absence de pluie a permis aux régions du sud du Québec de retrouver un couvert de neige près des normales. Le mois de mars 2021 a été le troisième début d’année le plus doux en cent ans, laissant le couvert de neige le moins chargé en eau des dix dernières années.

Températures :

La chaleur et le temps sec du mois d’avril ont favorisé le démarrage rapide des travaux aux champs et les semis dans la plupart des régions. Entre le 1er avril et la fin mai, la température moyenne quotidienne enregistrée a été supérieure à la normale pour l’ensemble des stations météo.

De grandes variations de température ont été observées. Trois canicules ont sévi sur l’ensemble du territoire depuis le début de la saison, alors que certaines nuits ont connu des gelées.

Entre le 23 juin et le 6 juillet, la température moyenne s’est maintenue au-dessus de la normale dans la plupart des régions alors qu’elle a été légèrement inférieure à celle-ci dans certains secteurs du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches, de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, de la Mauricie et du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Gel :

Des gelées nocturnes tardives ont été recensées dans la nuit du 24 mai ainsi dans la période du 27 au 30 mai selon les régions. Elles ont causé la mortalité des plants de soya, obligeant le resemis. Des plants de canola ont aussi été affectés en Abitibi-Témiscamingue. De légers gels nocturnes ont été enregistrés dans certains secteurs de l’Abitibi-Témiscamingue dans les nuits du 16 et du 17 juin.

Pluie :

Les sols secs du début de saison ont favorisé l’avancement des travaux, mais les faibles précipitations ont entraîné une levée inégale des semis pour certaines cultures.

Depuis le début avril, les précipitations ont été plus faibles que la normale, contribuant à augmenter le déficit hydrique dans plusieurs régions. Le sud-ouest de la province est le plus marqué par le manque d’eau, tandis que les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine cumulent plus de précipitations que la normale depuis le 1er avril.

La plupart des stations météo sont toujours en déficit hydrique malgré les pluies abondantes des dernières semaines.

Les fortes précipitations des 26 et 30 juin ont causé des inondations dans le secteur de Baie-du-Fèvre dans le Centre-du-Québec. Au Bas-Saint-Laurent, le secteur de Saint-Alexandre-de-Kamouraska a été touché par le débordement de la rivière du Loup à la fin juin qui a affecté des cultures de foin, de maïs fourrager et de céréales. Des inondations ont également affecté des champs dans Lanaudière.

L’humidité des sols est actuellement normale dans la plupart des régions, bien qu’ils soient secs en Montérégie – secteur de Saint-Hyacinthe et en Estrie, et variables en Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis, dans la Capitale-Nationale et sur la Côte-Nord.

Vents :

De forts vents ont sévi principalement en Montérégie, dans Lanaudière et dans la Capitale-Nationale le 26 mai affectant certaines cultures en augmentant notamment l’évapotranspiration.

Des orages violents et des vents forts ont été observés dans le sud de la province dans la soirée du 21 juin. Ceux-ci se sont transformés en tornade de catégorie EF-2 dans Lanaudière.

Depuis le début de la saison, huit tornades de force EF-0, EF-1 ou EF-2 ont touché le territoire selon Environnement Canada.

Grêle :

De la grêle a été reçue à la mi-mai dans certains secteurs des régions de Lanaudière, de la Mauricie et de la Montérégie.

Des épisodes de grêle ont également été reçus les 14 et 21 juin en Montérégie, le 18 juin en Abitibi-Témiscamingue et le 21 juin au Centre-du-Québec.

Cumul des précipitations (mm) à partir du 1er avril

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente les précipitations (mm) à partir du premier avril jusqu'au 24 novembre 2021. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Gaspé A (+171,5), Percé (+154,7), Cap-Chat-Est (+154,1), Cap-Chat (+145,3), Gaspé (+126,6)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Capitale-Nationale
         :  Valcartier A (-169,6), Baie-Saint-Paul (-130,3)
    • Mauricie
         :  Lac Cutaway (-133,2)
    • Saguenay–Lac-Saint-Jean
         :  Mistassini (-129,5)
    • Estrie
         :  Lennoxville (-124,0)

Cumul des degrés-jours à partir du 1er avril (base 5 degrés)

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des degrés-jours à partir du premier avril (base 5 degrés). Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus grand écart de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
    • Montérégie-Est
         :   Saint-Paul-d'Abbotsford (+222,7)
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Grand Lac Victoria Hydrométéo (+211,6), Kipawa (+189,9)
    • Montréal
         :   Mctavish (+206,0)
    • Centre-du-Québec
         :   Victoriaville (+186,9)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé un déficit de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
    • Chaudière-Appalaches
         :   Montmagny (-39,3)
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Pointe-au-Père (-33,7), Estcourt (-28,3)
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Gaspé (-6,2)
    • Outaouais
         :   Rivière de la Corneille (-4,0)

Cumul des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Capitale-Nationale
         :   Sainte-Famille I.O. (+222), Cap-Tourmente (+221)
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat-Est (+214)
    • Chaudière-Appalaches
         :   Honfleur (+197)
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Pépinière St-Modeste (+192)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Pointe-au-Père (-158)
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   La Reine (-84), Harricana (-68)
    • Saguenay–Lac-Saint-Jean
         :   Saint-Cœur-de-Marie (-71)
    • Mauricie
         :   Rivière aux Eaux Mortes (-67)

Le degré-jour et l’unité thermique maïs (UTM) sont des indices thermiques mesurant la quantité de chaleur disponible à la croissance et à la maturation des plantes.

  • Les degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius s’accumulent lorsque la température moyenne quotidienne dépasse 5°C.
  • Les UTM s'accumulent lorsque la température minimale quotidienne observée est supérieure à 4,4°C. En fin de saison, les UTM ne sont plus comptabilisées lorsque la température atteint -2°C.
Pour plus d’informations sur les indices agrométéorologiques

Évolution des semis, de la croissance et des récoltes

Céréales d’automne

  • Une bonne survie à l’hiver a été constatée dans la majorité des régions.
  • La croissance depuis le début de la saison est variable au Bas-Saint-Laurent, au Centre-du-Québec et dans Lanaudière alors qu’elle est généralement bonne et en avance par rapport à la normale dans les autres régions.
  • Une meilleure résistance au déficit hydrique a été observée depuis le début de la saison par rapport aux céréales de printemps.
  • Des insectes ravageurs ont été observés dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis à la mi-juin.
  • L’épiaison a débuté dans la normale ou en avance vers le 22 juin.
  • Le développement de la culture est actuellement bon en raison des récentes précipitations.
  • Depuis la fin juin, on observe le mûrissement des épis. Le stade varie de début à très avancé selon la région.
  • Les récoltes sont prévues en avance dans les régions de Lanaudière et de la Montérégie – secteurs de Châteauguay et de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Céréales

  • Les faibles précipitations ont permis d’effectuer et de terminer les semis en avance dans la plupart des régions. Seules les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de l’Estrie et de la Montérégie – secteur de Saint-Hyacinthe étaient dans la normale.
  • Les semis de céréales étaient terminés dans la majorité des régions au 15 juin alors que les autres les ont terminés au 22 juin.
  • Un gel printanier tardif à la fin mai a affecté fortement les plants au Centre-du-Québec, causant un retard de leur développement.
  • Le temps sec persistant a causé la variabilité de la croissance des plants dans la majorité des régions.
  • Des resemis ont été effectués dans certaines régions.
  • Le développement de la culture est actuellement bon dans la plupart des régions. Toutefois, la croissance est plus affectée en Montérégie, dans Lanaudière, en Estrie, dans les Laurentides et Laval ainsi que dans certains secteurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean. On y remarque une paille plus courte que la normale.
  • Les précipitations des derniers jours ont été favorables. Toutefois, la culture montre encore des signes du déficit hydrique.

Soya

  • Les températures chaudes et les sols secs ont permis d’effectuer et de terminer les semis en avance dans la plupart des régions. Dès le 25 mai, les régions de l’Estrie et de la Montérégie – secteur de Châteauguay avaient terminé leurs semis, tandis que ceux-ci étaient terminés au 8 juin dans les autres régions.
  • Ces mêmes conditions climatiques ont légèrement affecté la croissance du soya dans certaines régions comme la Montérégie, l’Outaouais, Lanaudière, les Laurentides et Laval, alors que la croissance est bonne dans les autres régions.
  • Le gel printanier tardif de la fin mai a causé la mortalité de la plante, occasionnant des resemis dans plusieurs régions.
  • Le développement de la culture est actuellement normal ou bon dans la plupart des régions. Une reprise de la croissance a été constatée à la suite des récentes précipitations.
  • Les champs semés avec des rangs tous les 15 pouces sont maintenant fermés et il en est de même pour les champs qui ont été resemés après le gel.

Maïs-grain

  • Les conditions climatiques printanières ont favorisé le devancement des semis de maïs et ceux-ci se sont terminés en avance dans la plupart des régions, sauf pour les régions du sud du Québec qui étaient dans la période habituelle.
  • Depuis le début de la saison, les conditions de croissance du maïs-grain sont variables à bonnes dans toutes les régions. Toutefois, un retard du développement, comparativement à la normale, est constaté dans les régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec, de Lanaudière, des Laurentides et de Laval.
  • Des dommages causés par des oiseaux ont été constatés, notamment en Estrie.
  • Le développement de la culture est actuellement bon. Une reprise de la croissance a été constatée à la suite des récentes précipitations.

Maïs fourrager

  • Les conditions climatiques ont aussi été favorables, ce qui a permis de commencer et de terminer les semis en avance dans plusieurs régions.
  • Les conditions de croissance depuis le début de la saison sont bonnes ou variables.
  • Des dommages causés par des oiseaux ont été constatés dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Chaudière-Appalaches, de l’Estrie et du Centre-du-Québec.

Canola

  • Les semis de canola ont débuté en avance dans de bonnes conditions et ils se sont terminés en avance, sauf pour l’Abitibi-Témiscamingue où ils se sont terminés dans la normale.
  • Les semis étaient terminés au 25 mai.
  • Depuis le début de la saison, les conditions de croissance sont généralement bonnes ou variables selon la zone.
  • Le développement de la culture est actuellement bon et en avance par rapport à la normale, sauf en Abitibi-Témiscamingue où il est en retard de plusieurs jours. Les récentes précipitations ont été favorables à la culture.
  • La floraison est débutée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Pommes de terre

  • La plantation de pommes de terre s’est effectuée dans de bonnes conditions et elle s’est terminée dans la normale ou en avance.
  • Les conditions de croissance sont bonnes ou variables selon la zone depuis le début de la saison.
  • Le développement de la culture est en avance comparativement à la normale dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis, de la Mauricie, de l’Outaouais, du Bas-Saint-Laurent, et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine alors qu’il est normal dans les autres régions.

Évolution des productions acéricoles, légumières et pomicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
AcéricultureCultures maraîchèresLégumes de transformationPommes
Régions administrativesQuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% seméQuantitéQualité % seméSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récolté
Abitibi-Témiscamingue
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Bas-Saint-Laurent
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Capitale-Nationale
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100ndnd95-100s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
ndndnd
Centre-du-Québec
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
100s. o.s. o.s. o.ndnd100s. o.s. o.s. o.s. o.
Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
ndndnd
Chaudière-Appalaches – secteur de Sainte-Marie
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Côte-Nords. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Estrie
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100ndnd80-100s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
ndndnd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Lanaudière
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
70-100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
0-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Laurentides – Laval
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
70-100s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Mauricie
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
95-100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Montérégie – secteur de Saint-Hyacinthe
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
100ndnd75-100
Inférieure à la moyenne
nd65-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Montérégie – secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
80-100
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
65-100s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Montérégie – secteur de Châteauguay
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
45-100
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
55-100s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Outaouais
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
100ndnd100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Saguenay–Lac-Saint-Jeans. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
95-100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.

Cultures maraîchères

  • Les semis ou plantations des cultures maraîchères ont débuté dans de bonnes conditions et dans la normale ou avec quelques jours d’avance dans les régions de Lanaudière, de la Montérégie, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, des Laurentides et de Laval.
  • Le manque d’eau du début de la saison a affecté la croissance des cultures, provoquant la levée inégale des plantes dans certains champs.
  • L’irrigation a vite été nécessaire au maintien des conditions optimales de croissance dans les régions où le déficit hydrique a été le plus marqué au cours du mois de juin.
  • La récolte du maïs sucré frais a débuté avec plusieurs jours d’avance en Montérégie – secteurs de Saint-Hyacinthe et Saint-Jean-sur-Richelieu. Malgré les aléas du début de la saison, les semis ou plantations ainsi que les récoltes se poursuivent selon les calendriers prévus dans la région de la Montérégie – secteur de Châteauguay.
  • Le développement des cultures est actuellement dans la normale ou en avance par rapport à celle-ci pour la période.

Légumes de transformation

  • Les semis de pois de transformation ont débuté dans la période normale en Montérégie, soit la première moitié de mai. Ils se sont terminés à la mi-juin. Les conditions de croissance sont bonnes selon les observations effectuées.
  • Les semis de maïs sucré et de haricot de transformation ont débuté dans la première moitié de juin dans toutes les régions selon la période normale ou légèrement en avance.
  • Certains semis ont pris un léger retard au cours du mois de juin en raison du déficit hydrique causant un retard de croissance. L’irrigation des champs a été nécessaire au maintien des conditions optimales. Les conditions de croissance sont actuellement variables.
  • La récolte du pois de transformation a débuté en avance de plusieurs jours en Montérégie. Le rendement observé est en dessous de la normale. La qualité, quant à elle, est dans la normale ou au-dessus de celle-ci.
  • Les précipitations abondantes de la fin juin ont inondé des champs dans la région de Lanaudière. Toutefois, aucun dommage n’a été rapporté à ce jour.

Pommes

  • Une bonne survie hivernale a été observée pour les pommiers.
  • La pleine floraison des pommiers a été atteinte vers le 22 mai en Montérégie, dans les Laurentides et Laval, alors qu’elle était terminée en Estrie.
  • Les gelées printanières tardives ainsi que le déficit hydrique ont causé une chute plus importante de fleurs et de fruits, ce qui pourrait avoir une incidence sur le rendement et la qualité (difformité) des fruits.
  • Le manque d’eau du début de la saison a affecté principalement les jeunes plantations.
  • Une augmentation des cas de brûlure bactérienne a été observée en raison des récentes précipitations (pluie et grêle).
  • Le développement des pommiers est actuellement en avance comparativement à la normale.

Évolution des productions fruitières et apicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
FraisesBleuetsApiculture
(première miellée)
Régions administrativesSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récoltéSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récoltéSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récolté
Abitibi-Témiscamingues. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Bas-Saint-Laurent
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-25s. o.s. o.s. o.s. o.ndndndnd
Capitale-Nationale
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Dans la moyenne
60-80
Dans la moyenne
ndndnd
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
0-50
Centre-du-Québecs. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
60-90s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
0-50
Chaudière-Appalaches – secteur de Sainte-Marie
Dans la moyenne
ndndnds. o.s. o.s. o.s. o.nd
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Côte-Nords. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
nds. o.s. o.s. o.s. o.
Estrie
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
80-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleines. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Lanaudières. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
0-45
Laurentides – Lavals. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Mauricie
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
60-75s. o.s. o.s. o.s. o.
Inférieure à la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-20
Montérégie – secteur de Saint-Hyacinthe
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
97-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
70-80
Montérégie – secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
98-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
70-80
Montérégie – secteur de Châteauguays. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
40-60
Outaouaiss. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Saguenay–Lac-Saint-Jean
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
20-25
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
nd
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-20

Petits fruits (fraises et bleuets)

  • Une bonne survie à l’hiver des arbustes fruitiers a été observée dans toutes les régions, malgré le faible couvert de neige dans certaines zones.
  • La floraison a débuté à la fin mai dans les bleuetières du Saguenay–Lac-Saint-Jean.
  • Les gelées printanières tardives ont causé des dommages à plusieurs plants de petits fruits au début juin.
  • La récolte des fraises hâtives a débuté en avance dans la première semaine de mai dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie et de la Montérégie.
  • À la fin de juin, les bleuetières du Saguenay–Lac-Saint-Jean étaient affectées par le déficit hydrique et on observe un calibre des fruits plus petit qu’à la normale et un fruit desséché.
  • Au 22 juin, la récolte des fraises était en cours dans toutes les régions. Toutefois, les rendements sont en dessous de la normale en raison des gelées printanières tardives en Mauricie, en Montérégie et au Saguenay–Lac-Sain-Jean, mais dans la normale dans les autres régions. La qualité, quant à elle, est supérieure à la normale dans toutes les régions, sauf dans la Capitale-Nationale.
  • La récolte des fraises devrait se terminer sous peu dans certaines régions en raison de la température de juin qui a accéléré le mûrissement des fruits. La chaleur a également augmenté la présence de maladies (pourriture des fraises) causant une perte de rendement.

Apiculture

  • On a constaté une bonne survie à l’hiver des abeilles dans la plupart des régions, mais la mortalité a été plus importante au Centre-du-Québec.
  • Les conditions du début de la saison ont été propices à la production du miel en raison de la floraison hâtive des plantes vivaces et du temps doux. Ces conditions favorables se sont poursuivies par la suite.
  • La récolte de miel a débuté vers le 22 juin, alors que le rendement et la qualité semblent dans la normale ou supérieurs.
  • Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le manque d’eau suivi d’une période de pluie importante a retardé la floraison, ce qui a diminué la production.

Évolution des conditions de croissance et des récoltes du foin et des pâturages

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
1re fauche2e fauche3e fauche
Régions administrativesSurvie à l'hiver (repousse)QuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% récolté
Abitibi-Témiscamingue
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-50ndndndndndnd
Bas-Saint-Laurent
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
40-100ndnd0-5ndndnd
Capitale-Nationale
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
90-100ndndndndndnd
Centre-du-Québec
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-20ndndnd
Chaudière-Appalaches – secteur de Lévis
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
95-100ndndndndndnd
Chaudière-Appalaches – secteur de Sainte-Marie
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
0-60ndndndndndnd
Côte-Nord
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
50-100ndndndndndnd
Estrie
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Dans la moyenne
95-100ndndndndndnd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
5-100ndndndndndnd
Lanaudière
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100ndndndndndnd
Laurentides – Laval
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100ndndndndndnd
Mauricie
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
95-100ndndndndndnd
Montérégie – secteur de Saint-Hyacinthe
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Inférieure à la moyenne
ndndndndnd
Montérégie – secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-50ndndnd
Montérégie – secteur de Châteauguay
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
100
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
10-50ndndnd
Outaouais
Dans la moyenne
Dans la moyenne
Supérieure à la moyenne
60-100ndndndndndnd
Saguenay–Lac-Saint-Jean
Dans la moyenne
Inférieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
40-95
Supérieure à la moyenne
Supérieure à la moyenne
ndndndnd

Les informations contenues dans ce tableau sont données à titre indicatif et ne sont pas basées sur les données des stations météo.

Foin et pâturages

  • Une bonne survie à l’hiver a été observée, malgré le faible couvert de neige dans certaines zones. Seules les régions de la Côte-Nord et de l’Abitibi-Témiscamingue ont observé de la mortalité par le gel.
  • Les conditions de croissance ont été généralement bonnes depuis le début de la saison.
  • La première fauche a débuté à la fin mai en Montérégie et au cours du mois de juin dans les autres régions avec des rendements dans la normale ou en dessous. La qualité est majoritairement supérieure à la normale dans toutes les régions.
  • Des infestations d’insectes ravageurs ont été rapportées, notamment au Bas-Saint-Laurent.
  • La première fauche de foin est terminée en Montérégie, au Centre-du-Québec, dans Lanaudière, dans les Laurentides et Laval.
  • La deuxième fauche de foin a débuté en Montérégie, au Centre-du-Québec, en Chaudière-Appalaches – secteur de Sainte-Marie et au Bas-Saint-Laurent.
  • La pluie des derniers jours est favorable à la croissance pour la première fauche et favorise une bonne reprise de la repousse pour la deuxième fauche.

Avis de dommages et indemnités en assurance récolte

Au 6 juillet, le tableau ci-dessous présente le nombre d’avis de dommages enregistrés pour chacune des cultures ainsi que les indemnités s’y rattachant.

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
CulturesNombre d'avis
de dommages
Indemnités versées
à ce jour ($)
Principales causes
de dommages
Principales régions indemnisées
Apiculture28351 956MaladiesAbitibi-Témiscamingue
Montérégie
Céréales d’automne2718 750GelCentre-du-Québec
Abitibi-Témiscamingue
Cultures émergentess. o.s. o.s. o.s. o.
Cultures maraîchères116124 907Gel
Excès de vent
Montérégie
Mauricie
Céréales, maïs-grain et protéagineuses2 036300 807Gel
Sécheresse
Centre-du-Québec
Montérégie
Collectif (céréales, maïs-grain et maïs fourrager)s. o.36 032Gel
Oiseaux
Centre-du-Québec
Chaudière-Appalaches
Collectif (foin et pâturages)s. o.1 165Crue des eaux
Insectes
Gaspésie–
Îles-de-la-Madeleine
Légumes de transformation99s. o.Sécheresses. o.
Petits fruits23316 022GelChaudière-Appalaches
Mauricie
Pommes16187 283Gel
Maladies
Montérégie
Laurentides
Pommes de terre10s. o.Gel
Sécheresse
s. o.
Sauvagine443548 911Oiseaux migrateursOutaouais
Lanaudière
Sirop d’érable6534 046 819Excès de chaleurChaudière-Appalaches
Estrie
Total 20213 8065 532 652s. o.s. o.
Total 202012 1652 391 680s. o.s. o.
Moyenne 5 ans 111723 514 819s. o.s. o.
Moyenne 10 ans11 4622 253 755s. o.s. o.
  • 1 À la même période, ne prend pas en considération la protection Céréales d’automne disponible depuis l’automne 2019

Équipe de rédaction

Direction de l’intégration des programmes

Pour information

Relations médias
Valérie Beaulieu
418 834-6866, poste 6223
Joindre les relations médias par courriel

Références

Avis important

L'état des cultures au Québec est publié toutes les deux semaines, de mai à novembre. Le bilan de l’année est publié généralement à la fin de l’hiver. Son contenu relate les faits climatiques portés à notre attention et les impacts qui en découlent. Il ne doit en aucun cas être interprété comme une analyse ou une position finale de La Financière agricole.