La Financière agricole du Québec

Options d'accessibilite

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

Salle de presse

L'état des cultures au Québec en 2019, rapport numéro 11, bilan au 1er octobre 2019

← Retour à la page de L'état des cultures 2019

En bref

  • Troisième fauche de foin terminée pour la plupart des producteurs de la Montérégie et de Lanaudière
  • Battages du soya et du haricot sec débutés
  • Récolte du canola terminée en Chaudière-Appalaches
  • Ensilage du maïs fourrager débuté
  • Récolte du sarrasin retardée
  • Mûrissement lent du maïs-grain en raison du manque de chaleur; stade denté atteint
  • Récolte de pommes en cours, fruits très colorés dus à la fraîcheur des nuits
  • Récolte des cultures maraîchères en cours avec des rendements et une qualité dans les normales
  • Début des récoltes de canneberges, carottes, citrouilles et courges
  • Poursuite de la récolte du maïs sucré de transformation. Récolte du haricot de transformation terminée en Montérégie (secteur Saint-Hyacinthe) et se poursuivant dans les autres régions
  • Retard de maturité affectant la récolte de l’oignon dans Lanaudière. Pour les autres régions, sols détrempés nuisant à sa récolte
  • Récolte des pommes de terre en cours dans toutes les régions
  • Récolte du bleuet nain semi-cultivé terminée
  • 2 887 avis de dommages enregistrés, principalement pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (1 671) et la sauvagine (266), comparativement à 3 748 l’an dernier à la même période
  • Indemnités versées à ce jour : 7 575 540 $

Conditions climatiques particulières

  • Les températures en dessous des normales ainsi que la fréquence des précipitations se sont maintenues dans la semaine du 23 septembre pour la majorité des régions. Ces conditions ont notamment retardé les travaux de récoltes. Toutefois, les cultures de la Mauricie et au Centre-du-Québec ont pu profiter d’une température moyenne légèrement supérieure à la normale. Pour l’Outaouais et certaines régions, des producteurs ont bénéficié de quelques journées ensoleillées pour avancer certains travaux.
  • Au cours des deux dernières semaines, des gelées nocturnes ont été répertoriées pour la première fois :
    • en Montérégie (secteur Saint-Jean-sur-Richelieu) le 18 septembre
    • en Montérégie (secteur Saint-Hyacinthe) le 19 septembre
    • en Estrie le 19 septembre
    Aucun gel n’est survenu en Montérégie (Secteur de Châteauguay) et le long de la rivière des Outaouais en Outaouais.
  • Une grêle est survenue en Montérégie (secteur Saint-Jean-sur-Richelieu) le 26 septembre.
  • Les quelques stations météo des régions suivantes ont cumulé plus de degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius que la moyenne des années de 1981 à 2010 :
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Pépinière Trécesson, Val-d’Or RCS, Rapide sept et Rouyn
    • Capitale-Nationale
         :   Baie-Saint-Paul
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Rivière-du-Loup, Saint-Fabien, Saint Joseph-de-Lepage et Matane
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat Est, Percé, Cap-Madeleine, Saint-Godefroi et Saint-Alexis-de-Matapédia
    • Chaudière-Appalaches
         :   Saint-Bernard, Saint-Aubert et Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud
    • Centre-du-Québec
         :   Victoriaville
    • Estrie
         :   Granby et Newport
    • Montérégie
         :   Saint-Liboire, Garagona et Franklin
    • Lanaudière
         :   Matawin Barrage amont
    • Mauricie
         :   Shawinigan
    • Laurentides
         :   Réservoir Baskatong et Ferme-Neuve
    • Saguenay–Lac Saint-Jean
         :   Saguenay
    Toutes les autres régions accusent un retard allant jusqu’à 206,8 degrés Celsius pour la station Papineau Labelle en Outaouais dont la moyenne est de 1 504,0 degrés Celsius.
  • Les quelques stations météo des régions suivantes ont cumulé plus d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Rouyn, Pépinière Trécesson, Rapide Sept et Val-d’Or-RCS
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Rivière-du-Loup, Saint-Ulric-de-Matane
    • Centre-du-Québec
         :   Victoriaville
    • Montérégie
         :   Garagona et Potton
    • Lanaudière
         :   Matawin Barrage amont
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat Est, Cap-Madeleine, Gaspé A et Saint-Godefroi
    • Laurentides
         :   Réservoir Baskatong et Ferme-Neuve
    • Saguenay–Lac Saint-Jean
         :   Jonquière
    Toutes les autres stations ont cumulé moins d’unités thermiques maïs (UTM). Les stations météo ayant le plus de retard sont celles de Lac-Sainte-Marie (Outaouais), de Papineau Labelle (Outaouais), et d’Arundel (Laurentides).

Le degré-jour et l’unité thermique maïs (UTM) sont des indices thermiques mesurant la quantité de chaleur disponible à la croissance et à la maturation des plantes.

  • Les degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius s’accumulent lorsque la température moyenne quotidienne dépasse 5 °C.
  • Les UTM s’accumulent lorsque la température minimale quotidienne observée est supérieure à 4,4 °C.
Pour plus d’informations sur les indices agrométéorologiques

Cumul des degrés-jours à partir du 1er avril (base 5 degrés)

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des degrés-jours à partir du premier avril (base 5 degrés). Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

Obtenir des informations additionnelles sur le graphique

Cumul des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

Obtenir des informations additionnelles sur le graphique

Évolution des semis, de la croissance et des récoltes

Pourcentages moyens de réalisation de récoltes des cultures céréalières, maïs-grain, protéagineuses et de pommes de terre

Régions administrativesAvoineBléOrgeMaïs-grainSoyaHaricot secCanolaPommes de terre
Abitibi-Témiscamingue35857500***1525
Bas-Saint-Laurent20404000***1010
Capitale-Nationale909010000******40
Centre-du-Québec10010010001******50
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis909010000***10040
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie808510000***100***
Côte-Nord75***80***************
Estrie809010000*********
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleine406060***0***05
Lanaudière1001001000250***70
Laurentides–Laval10010010002*********
Mauricie1001001000030***60
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe1001001000560***15
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu10010010000******50
Montérégie - Secteur de Châteauguay10010010003******60
Outaouais10010010000******40
Saguenay––Lac-Saint-Jean5510000130
Total1 au 1er octobre 201952806402431039
Comparativement au 25 septembre 2018779589013603228
Comparativement au 9 octobre 2018899895334997063
Comparativement au 3 octobre 2017739589020443949
Comparativement au 4 octobre 2016889894020877566
  • *** Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région
  • 1. Pourcentages pondérés selon les superficies

Évolution des productions acéricoles, légumières et pomicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
AcéricultureCultures maraîchèresLégumes de transformationPommes
Régions administrativesQuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité % récoltéSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récolté
Abitibi-Témiscamingue
~
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Bas-Saint-Laurent
~
~
100ndndnds. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Capitale-Nationale
~
~
100
~ P
~ P
80-100s. o.s. o.s. o.
~
 P
 P
40-50
Centre-du-Québec
~
100
~ P
~ P
90-100
~ P
~ P
0-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
100
~ P
~ P
25-40s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
40-60
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Côte-Nords. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Estrie
~
100
 P
 P
80-95s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
30-40
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleine
~
~
100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Lanaudière
~
~
100
~ P
~ P
20-100
 P
 P
55-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Laurentides–Laval
~
~
100
~ P
~ P
35-100s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
50-55
Mauricie
~
100
~ P
~ P
95-100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
100
~ P
~ P
60-100
 P
~ P
70-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
100
~ P
~ P
35-100
~ P
~ P
25-100
~
~ P
~ P
30-40
Montérégie - Secteur de Châteauguay
100
~ P
~ P
45-100
~ P
~ P
60-100
~
~ P
~ P
30-40
Outaouais
~
100
~ P
nd100-100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Saguenay––Lac-Saint-Jeans. o.s. o.s. o.
~ P
~ P
0-100s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.

Évolution des productions fruitières et apicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
FraisesBleuetsApiculture
Régions administrativesSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récoltéSurvie à l'hiverQuantitéQualité% récoltéSurvie à l'hiverQuantitéQualité%  récolté
Abitibi-Témiscamingues. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Bas-Saint-Laurent
~
~ P
~ P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
nd
Capitale-Nationale
~
~ P
 P
90-100
~
 P
 P
100-100
~
~ P
~ P
100-100
Centre-du-Québecs. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
~ P
~ P
100-100 2
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
~ P
 P
95-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~ P
~ P
100-100 2
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
~ P
 P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~
100-100 2
Côte-Nords. o.s. o.s. o.s. o.
~
 P
 P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
Estrie
~
 P
 P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
75-100
Gaspésie––Îles-de-la-Madeleines. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Lanaudières. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Laurentides–Laval
~
~ P
 P
90-90s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Mauricie
~
~ P
~ P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~
~ P
~ P
100-100 2
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
 P
~ P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
~ P
~ P
100-100 2
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
~
 P
~ P
100-100s. o.s. o.s. o.s. o.
 P
~ P
100-100
Montérégie - Secteur de Châteauguays. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
 P
~ P
100-100 2
Outaouaiss. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.s. o.
Saguenay––Lac-Saint-Jean
~
~ P
~ P
100-100
~
~ P
nd100-100
~
 P
nd100-100 2
  • 2. Première miellée terminée. Le pourcentage de récolte inscrit est celui de la deuxième miellée.

Évolution des conditions de croissance et des récoltes du foin et des pâturages

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
1re fauche2e fauche3e fauche
Régions administrativesSurvie à l'hiver (repousse) *QuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% récoltéQuantitéQualité% récolté
Abitibi-Témiscamingue
~
~
~
100-100
 P
~ P
85-100ndndnd
Bas-Saint-Laurent
~
~
~
100-100
 P
~ P
80-100
 P
 P
20-80
Capitale-Nationale
~
~
~
100-100
 P
~ P
100-100
~ P
~ P
80-100
Centre-du-Québec
~
~
100-100
~ P
~ P
100-100
~ P
~ P
80-100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Lévis
~
~
100-100
 P
~ P
100-100
~ P
~ P
80-100
Chaudière-Appalaches - Secteur de Sainte-Marie
~
~
100-100
~ P
~ P
100-100
~ P
nd80-100
Côte-Nord
~
~
~
100-100
 P
~ P
100-100ndndnd
Estrie
~
100-100
~ P
~ P
95-100
 P
 P
60-75
Gaspésie–––Îles-de-la-Madeleine - Secteur Gaspésie
~
~
100-100
 P
~ P
90-100ndndnd
Gaspésie–––Îles-de-la-Madeleine - Secteur Îles-de-la-Madeleine
~
~
100-100
 P
~ P
90-100ndndnd
Lanaudière
~
~
100-100
~ P
~ P
100-100
~ P
~ P
100-100
Laurentides–Laval
~
~
100-100
 P
~ P
100-100
 P
nd75-95
Mauricie
~
~
100-100
~ P
~ P
100-100
~ P
~ P
80-100
Montérégie - Secteur de Saint-Hyacinthe
100-100
~ P
~ P
100-100
~ P
~ P
90-100
Montérégie - Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
100-100
 P
~ P
100-100
~ P
~ P
100-100
Montérégie - Secteur de Châteauguay
100-100
 P
 P
100-100
~ P
~ P
100-100
Outaouais
~
~
100-100
 P
~ P
100-100
 P
nd75-85
Saguenay–––Lac-Saint-Jean
~
~
100-100
~ P
~ P
95-100
~ P
~ P
60-80
  • * Les résultats de la première fauche donneront une bonne indication de la survie à l’hiver (repousse).

Les informations contenues dans ce tableau sont données à titre indicatif et ne sont pas basées sur les données des stations météo.

Avis de dommages et indemnités en assurance récolte

Au 1er octobre, le tableau ci-dessous présente le nombre d’avis de dommages enregistrés pour chacune des cultures ainsi que les indemnités s’y rattachant.

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
CulturesNombre d'avis
de dommages
Indemnités versées
à ce jour ($)
Principales causes
de dommages
Principales régions indemnisées
Apiculture47659 750Maladies
Sécheresse
Saguenay–––Lac-Saint-Jean
Montérégie
Cultures émergentes1ndSécheresse
Gel
nd
Cultures maraîchères200386 429Grêle
Sécheresse
Montérégie
Saguenay–––Lac-Saint-Jean
Céréales, maïs-grain et protéagineuses1 6712 876 818Excès de pluie
Sécheresse
Montérégie
Centre-du-Québec
Collectif
(céréales, maïs-grain et maïs fourrager)
s. o.43 172Grêle
Oiseaux
Chaudière-Appalaches
Bas-Saint-Laurent
Collectif
(foin et pâturages)
s. o.157 251Crue des eaux
Sécheresse
Mauricie
Lanaudière
Légumes de transformation168665 596Excès de chaleur
Sécheresse
Montérégie
Lanaudière
Petits fruits149663 154Sécheresse
Gel
Saguenay–––Lac-Saint-Jean
Montérégie
Pommes188274 194Maladies
Sécheresse
Montérégie
Laurentides
Pommes de terre5148 285Sécheresse
Maladie
Abitibi-Témiscamingue
Montérégie
Sauvagine266908 202Oiseaux migrateursSaguenay–––Lac-Saint-Jean
Outaouais
Sirop d’érable146892 689Gel
Excès de chaleur
Chaudière-Appalaches
Capitale-Nationale
Total 20192 8877 575 540s. o.s. o.
Total 2018 33 74848 025 172s. o.s. o.
  • 3 À la même période, soit la même semaine ou celle antérieure selon la disponibilité de L’état des cultures de l’année en cause.

Équipe de rédaction

Direction de l’intégration des programmes
Camylle Chénard, étudiante en agroéconomie
Julie Cimon-Morin, agronome
Frédéric Robert, agronome

Pour information

Relations médias
Cynthia Byrne
418 834-6866, poste 6569

Références

Avis important

L’état des cultures au Québec est publié toutes les deux semaines, de mai à novembre. Le bilan de l’année est publié généralement à la fin de l’hiver. Son contenu relate les faits climatiques portés à notre attention et les impacts qui en découlent. Il ne doit en aucun cas être interprété comme une analyse ou une position finale de La Financière agricole.