Options d'accessibilité

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

Salle de presse

L’état des cultures au Québec, bilan au 7 juillet 2020, rapport numéro 5

En bref

Conditions climatiques générales

  • Printemps tardif caractérisé par du temps froid et des précipitations de neige à la mi-mai dans plusieurs régions
  • Saison de croissance caractérisée par un important déficit hydrique observé sur tout le territoire agricole affectant la plupart des productions et principalement les fourrages et les céréales à paille

Sirop d'érable

  • Excellente production tant en quantité qu’en qualité pour l’ensemble du Québec malgré des conditions météorologiques variables en fin d’hiver et au printemps

Foin

  • Mortalité hivernale localisée, surtout dans certaines prairies de légumineuses. Croissance dans des conditions variables en début de saison
  • Sécheresse persistante ayant affecté grandement la première fauche et la repousse pour la deuxième fauche

Céréales d’automne, céréales, soya et maïs-grain

  • Mortalité importante par endroits pour les céréales d’automne
  • Semis débutés en avance comparativement à la normale et dans de bonnes conditions dans plusieurs régions
  • Gelées du début juin ayant affecté des champs de plusieurs régions, nécessitant le resemis dans certains cas
  • Levée non uniforme observée, suivie d’une croissance ralentie par la chaleur et le déficit hydrique

Cultures maraîchères

  • Germination problématique pour certains légumes comme la carotte, à cause du manque d’humidité du sol Resemis ayant été nécessaire. Certains resemis n’ayant pas survécu
  • Légumes sans irrigation souffrant du manque d’eau depuis quelques semaines

Pommes

  • Courte floraison des pommiers en raison de la chaleur et des forts vents
  • Déficit hydrique causant une chute des pommes plus importante que la normale

Petits fruits

  • Gelées tardives ayant affecté des bleuetières en floraison en juin au Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Calibre des fruits plus petit que la normale dans certaines régions

Avis de dommages et indemnités

  • 2 395 avis de dommages enregistrés, principalement pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (1 361) et la sauvagine (274), comparativement à 1 066 l’an dernier à la même période (excluant les céréales d’automne)
  • Indemnités versées à ce jour : 2 391 680 $

Conditions climatiques particulières

  • Gel : Quelques gelées nocturnes sont survenues en mai dans la majorité des régions. Les gels nocturnes tardifs du 1er au 3 juin dans plusieurs régions ont occasionné des dommages aux champs. Le dernier gel enregistré a eu lieu durant la nuit du 13 au 14 juin en Abitibi-Témiscamingue.
  • Températures : Les températures ont été variables durant l’hiver et dans les moyennes ou au-dessous de celles-ci durant le mois d’avril jusqu’à la mi-mai. Cela a retardé le réchauffement du sol. La fin du mois de mai (26 au 28 mai) a été marquée par la première canicule de la saison, suivie d’un retour sous la normale. Les températures en juin ont été au-dessus ou dans les normales de saison à l’exception de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Une deuxième canicule a eu lieu entre le 17 et le 23 juin avec des températures qui ont dépassé les 30 degrés Celsius durant le jour et des nuits fraîches. La température de la fin de juin et du début de juillet est demeurée au-dessus des moyennes de saison. Le 29 juin a marqué le début d’une troisième canicule au Québec.
  • Neige : Les régions au nord ont accumulé de la neige tout l’hiver alors que les régions chaudes du sud ont vu leur couvert fortement diminuer au début de l’hiver pour revenir par la suite en janvier. Au printemps, le couvert de neige a disparu en mars dans les régions les plus chaudes, mais a perduré jusqu’en mai dans les régions fraîches. Les dernières précipitations sont survenues le 15 mai dans plusieurs régions, sauf pour l’Abitibi-Témiscamingue qui a connu ses dernières précipitations les 30 et 31 mai.
  • Pluie : La pluie a été faible en début de saison pour la majorité des régions, ce qui a facilité les travaux aux champs en avril et au début mai. Toutefois, les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches ont connu des précipitations au-dessus ou dans les moyennes de saison. La mi-mai a été marquée par de faibles précipitations dans l’ensemble des régions, gardant les sols secs et même en manque d’eau par endroits. Ce manque d’eau a nui à la croissance des plantes vivaces. L’impact sur la levée, se traduisant par une germination inégale, est apparu à la fin mai et en juin. Seulement quelques précipitations ont été enregistrées dans l’ensemble des régions, mais souvent très localisées et parfois sous la forme d’orages. La pluie des 23 et 24 juin est venue en aide à certaines productions, mais le déficit hydrique se poursuit alors que le cumul de précipitations se maintient sous la normale. Les systèmes d’irrigation ont fortement été utilisés lorsque disponibles. Au champ, le manque d’eau a favorisé l’activité d’insectes et a accentué les problématiques de santé du sol. Toutefois, les problèmes liés aux champignons ont été réduits.
  • Vents : Le début de la saison a été marqué par de forts vents affectant les légumes en terre noire au début de mai en Montérégie – Secteur de Châteauguay, nécessitant des resemis par endroits. Par ailleurs, des épisodes de vents forts sont survenus du 10 au 12 juin selon les régions. De plus, ces forts vents ont contribué à l’assèchement des sols.
  • Évènements climatiques particuliers : Outre les quelques gels tardifs régionaux et les épisodes de canicule généralisés, un épisode de grêle a été recensé le 6 juin dans les régions du Centre-du-Québec et de la Montérégie. Une tornade a été aperçue au Saguenay–Lac-Saint-Jean le 25 juin ainsi qu’une autre en Montérégie le 28 juin.

Cumul des précipitations (mm) à partir du 1er avril

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente les précipitations (mm) à partir du premier avril. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • La station météo de la région suivante est celle ayant cumulé le plus de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Mistaouac (6,7 mm)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Côte-Nord
         :   Baie-Comeau RCS (-138,0 mm)
    • Saguenay–Lac-Saint-Jean
         :   Laflamme (-147,7 mm)
    • Laurentides–Laval
         :   Arundel F (-149,6 mm), Saint-Polycarpe F (-136,0 mm)
    • Chaudière-Appalaches
         :   Beauceville (-133,2 mm)

Cumul des degrés-jours à partir du 1er avril (base 5 degrés)

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des degrés-jours à partir du premier avril (base 5 degrés). Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus grand écart de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :  Cap-Chat (96,9), Percé (124,8), Saint-Godefroi (149,9)
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Pépinière Trécesson (105,8)
    • Saguenay–Lac-Saint-Jean
         :   Mistassini (106,8)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus grand déficit de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Escourt (-39,2)
    • Outaouais
         :   Masson (-21,8), Lac-Sainte-Marie (-50,2)
    • Laurentides
         :   Papineau-Labelle (-73,8), Rivière-Rouge (-24,2)

Cumul des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai

Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

  • Les 6 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
         :   Cap-Chat Est (186), Cap-Madeleine (186), Saint-Godefroi (251), New-Richmond (162)
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Matane (169), Saint-Gabriel-de-Rimouski (162)
  • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
    • Laval
         :   Laval (-120)
    • Bas-Saint-Laurent
         :   Causapscal (-97)
    • Lanaudière
         :   Lanoraie (-153)
    • Capitale-Nationale
         :   Montagnais (-126)
    • Abitibi-Témiscamingue
         :   Cloutier (-125)

    Le degré-jour et l'unité thermique maïs (UTM) sont des indices thermiques mesurant la quantité de chaleur disponible à la croissance et à la maturation des plantes.

    • Les degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius s’accumulent lorsque la température moyenne quotidienne dépasse 5°C.
    • Les UTM s'accumulent lorsque la température minimale quotidienne observée est supérieure à 4,4°C. En fin de saison, les UTM ne sont plus comptabilisées lorsque la température atteint -2°C.

    Pour plus d’informations sur les indices agrométéorologiques

Évolution des semis, de la croissance et des récoltes

Céréales d'automne

  • Mortalité importante par endroits
  • Croissance lente au début de la saison compte tenu du temps froid et se poursuivant en raison du manque d’eau. Certains champs affectés par le gel printanier dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Paille plus courte que la normale constatée en raison du manque d’eau. Début du remplissage des grains observé à la fin juin

Céréales

  • Semis terminés ou presque au 15 mai avec plusieurs jours d’avance par rapport à la normale en Montérégie, mais non débutés dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et du Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Comme à l’habitude, semis presque terminés au 9 juin dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie, de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, terminés dans les autres régions à la fin mai avec plusieurs jours d’avance par rapport à la normale
  • Semis terminés au 23 juin dans toutes les régions
  • Présence de vers-gris (ravageurs) dans certains champs de céréales dans les régions de la Capitale Nationale et du Bas-Saint-Laurent depuis la fin juin
  • Tallage moins important cette année. Épiaison débutée au 7 juillet

Soya

  • Semis débutés en avance comparativement à la normale et dans de bonnes conditions dans plusieurs régions. Débutés avec un retard allant de plusieurs jours à une semaine dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et des Laurentides-Laval
  • Levée des cotylédons constatée à la fin mai dans les premiers champs semés en conséquence d’une germination lente. Resemis ayant été nécessaires en raison du gel dans certains champs
  • Semis terminés dans toutes les régions au 9 juin, sauf ceux de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine terminée au 23 juin
  • Levée non uniforme causée par le manque d’eau observée, suivie d’une croissance ralentie par la chaleur
  • Plants plus courts que la normale observée. Actuellement, signes de stress hydrique apparents


Maïs-grain

  • Semis débutés quelques jours à plus d’une semaine d’avance (fin avril et début mai) comparativement à la normale et dans de bonnes conditions dans plusieurs régions. Débutés avec un retard allant de plusieurs jours à une semaine dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et des Laurentides-Laval
  • Semis terminés au 26 mai avec plusieurs jours d’avance par rapport à la normale dans les régions de la Montérégie, de l’Estrie, du Centre-du-Québec et de la Mauricie. Semis terminés dans les normales pour les autres régions
  • Gelées du début juin ayant affecté des champs de plusieurs régions, nécessitant le resemis dans certains cas
  • Déficit hydrique persévérant ayant empêché la plante de profiter pleinement de la chaleur par la suite. Signes de stress hydrique apparents

Maïs fourrager

  • Semis débutés plus rapidement que la normale dans certaines régions, et même terminés dans la région de la Montérégie – Secteur de Châteauguay au 15 mai
  • Semis terminés pour l’ensemble des régions au 9 juin

Canola

  • Semis débutés au 15 mai dans les régions de Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis, de la Capitale-Nationale, de la Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe, mais débutés à la fin mai dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
  • Semis presque terminés au 9 juin dans les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Terminés dans les autres régions
  • Semis terminés au 23 juin dans toutes les régions

Pommes de terre

  • Plantations débutées en mai avec quelques jours d’avance par rapport à la normale en Montérégie, mais en retard dans les régions de Lanaudière et de la Capitale-Nationale
  • Plantations terminées au 26 mai en Outaouais et dans Lanaudière, mais terminées au 9 juin dans les autres régions, sauf en Abitibi-Témiscamingue, au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et au Saguenay–Lac-Saint-Jean où elles se sont terminées le 23 juin
  • Croissance lente et inégale des plantules observée en raison du manque d’eau

Évolution des productions acéricoles, légumières et pomicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Acériculture Cultures maraîchères Légumes de transformation Pommes
Régions administratives Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté
Abitibi-Témiscamingue
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Bas-Saint-Laurent
~
~
100 nd nd nd s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Capitale-Nationale
~
100 nd nd 95-100 s. o. s. o. s. o.
~ P
nd nd nd
Centre-du-Québec
~
100 nd nd 90-100 s. o. s. o. 100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
~
100 nd nd 100 s. o. s. o. s. o.
~ P
nd nd nd
Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o.. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Estrie
~
100 nd nd 80-100 s. o. s. o. s. o.
~ P
nd nd nd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
~
~
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Lanaudière
~
~
100
~ P
~ P
65-100
~ P
~ P
75-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Laurentides – Laval
~
~
100
~ P
~ P
60-100 s. o. s. o. s. o.
~ P
nd nd nd
Mauricie
~
100
~ P
~ P
100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
~
100
~ P
nd 70-100
~ P
nd 85-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
~
100
~ P
~ P
80-100
~ P
~ P
80-100
~ P
~ P
~ P
nd
Montérégie – Secteur de Châteauguay
~
100
~ P
~ P
50-100
 P
~ P
85-100
~ P
~ P
~ P
nd
Outaouais
~
~
100
~ P
~ P
95-100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Saguenay–Lac-Saint-Jean s. o. s. o. s. o. nd nd 100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.

Cultures maraîchères

  • Semis ou plantations débutés dans la normale ou avec quelques jours d’avance par rapport à celle-ci dans les régions de Lanaudière et de la Montérégie, mais débutés avec du retard dans les régions de Laval et des Laurentides
  • Semis ou plantations terminés au 9 juin en Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis. Semis ou plantations terminés au 23 juin dans la région de la Mauricie et s’achevant dans toutes les autres régions
  • Germination problématique pour certains légumes comme la carotte, à cause du manque d’humidité du sol. Resemis ayant été nécessaire
  • Certains resemis n’ayant pas survécu
  • Vents forts ayant causé des dommages, notamment aux plantules d’oignons et de carottes, dans certains champs de la Montérégie – Secteur de Châteauguay, en juin
  • Légumes sans irrigation souffrant du manque d’eau depuis quelques semaines

Légumes de transformation

  • Semis débutés dans la normale ou avec quelques jours d’avance par rapport à celle-ci et se poursuivant dans toutes les régions comme à la normale ou avec un léger retard au 7 juillet
  • Récolte du pois de transformation en cours
  • Rendement anticipé de certains légumes comme le pois pouvant être affecté par le déficit hydrique

Pommes

  • Bonne survie hivernale des pommiers
  • Bon développement des pommiers dans la deuxième moitié de mai
  • Gelées nocturnes du début de la saison ne semblant pas avoir causé de dommages aux bourgeons floraux
  • Débourrement tardif constaté surtout dans la région de l’Estrie
  • Courte floraison des pommiers en raison de la chaleur et des forts vents. Brûlure bactérienne constatée notamment en Montérégie
  • Déficit hydrique causant une chute des pommes plus importante que la normale

Évolution des productions fruitières et apicoles

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Fraises Bleuets Apiculture
Régions administratives Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité %  récolté
Abitibi-Témiscamingue s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Bas-Saint-Laurent
~ P
nd nd 10-10 s. o. s. o. s. o. s. o.
nd nd nd
Capitale-Nationale
~ P
~ P
~ P
10-20
~ P
nd nd nd
nd nd nd
Centre-du-Québec s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~ P
~ P
nd
Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
~ P
~ P
~ P
10-20
~ P
s. o. s. o. s. o.
nd nd nd
Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
~ P
~ P
~ P
10-20 s. o. s. o. s. o. s. o.
nd nd nd
Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o.
~ P
nd nd nd s. o. s. o. s. o. s. o.
Estrie
~ P
 P
~ P
75-90 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Lanaudière s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Laurentides – Laval
~ P
~ P
~ P
30-30 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Mauricie
~ P
~ P
~ P
25-35 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~ P
~ P
nd
Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
~ P
~ P
~ P
85-90 s. o. s. o. s. o. s. o.
~
~ P
 P
nd
Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
~ P
 P
~ P
85-90 s. o. s. o. s. o. s. o.
~ P
 P
nd
Montérégie – Secteur de Châteauguay s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
 P
~ P
nd
Outaouais s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
Saguenay–Lac-Saint-Jean
~ P
 P
~ P
0-10
~ P
nd nd nd
~
nd nd nd

Petits fruits

  • Faible mortalité hivernale des arbuste
  • Bon développement des fraisiers dans la deuxième moitié de mai, suivi d’une récolte des fraises hâtives débutée au 9 juin dans les normales ou avec quelques jours d’avance en Montérégie
  • Récolte des fraises débutée au 13 juin, avec quelques jours d’avance, dans les autres régions, à l’exception du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent où elle a débuté plus tard en juin
  • Gelées tardives ayant affecté des bleuetières en floraison en juin au Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Calibre des fruits plus petit que la normale dans certaines régions

Apiculture

  • Faible mortalité des abeilles dans la plupart des régions, mais plus importante dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et de la Montérégie – Secteur de Châteauguay
  • Conditions fraîches du début de la saison ayant retardé la sortie des abeilles et début de la première miellée avec l’apparition des fleurs à la fin mai seulement
  • Diminution de l’activité des abeilles en raison des fortes chaleurs de juin retardant la première extraction

Évolution des conditions de croissance et des récoltes du foin et des pâturages

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
1re fauche 2e fauche 3e fauche
Régions administratives Survie à l'hiver (repousse) Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté
Abitibi-Témiscamingue
~ P
 P
~ P
60-100 nd nd nd nd nd nd
Bas-Saint-Laurent
~ P
 P
~ P
40-100 nd nd nd nd nd nd
Capitale-Nationale
~ P
 P
~ P
50-100 nd nd nd nd nd nd
Centre-du-Québec
~ P
 P
 P
100
 P
~ P
0-5 nd nd nd
Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
~ P
 P
~ P
60-100 nd nd nd nd nd nd
Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
~ P
 P
 P
40-100 nd nd nd nd nd nd
Côte-Nord
~ P
 P
~ P
40-60 nd nd nd nd nd nd
Estrie
~ P
 P
~ P
90-100 nd nd nd nd nd nd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine – Secteur Gaspésie
~ P
 P
 P
40-90 nd nd nd nd nd nd
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine – Secteur Îles-de-la-Madeleine
~ P
 P
 P
40-90 nd nd nd nd nd nd
Lanaudière
~ P
 P
~ P
100 nd nd nd nd nd nd
Laurentides – Laval
~ P
 P
~ P
100 nd nd nd nd nd nd
Mauricie
~ P
 P
 P
70-100 nd nd nd nd nd nd
Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
~ P
 P
~ P
100 nd nd nd nd nd nd
Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
~ P
 P
~ P
100 nd nd nd nd nd nd
Montérégie – Secteur de Châteauguay
~ P
 P
~ P
100
~ P
~ P
0-5 nd nd nd
Outaouais
~ P
 P
~ P
100 nd nd nd nd nd nd
Saguenay–Lac-Saint-Jean
~ P
 P
~ P
60-100 nd nd nd nd nd nd

Les informations contenues dans ce tableau sont données à titre indicatif et ne sont pas basées sur les données des stations météo.

  • Mortalité hivernale localisée surtout dans certaines prairies de légumineuses lorsque l’accumulation de neige était faible
  • Croissance dans des conditions variables en début de saison
  • Première fauche amorcée dès le début juin dans la normale ou avec un peu de retard dans les régions du Centre-du-Québec, de l’Estrie, de la Montérégie et de Lanaudière
  • Première fauche terminée en Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu avant le 23 juin
  • Première fauche toujours en cours au 7 juillet, sauf en Montérégie, au Centre-du-Québec, dans Lanaudière, dans les Laurentides-Laval et en Outaouais
  • Rendement variable et souvent en dessous des normales, mais qualité normale. Indice d’assèchement élevé ayant créé de bonnes conditions pour effectuer les travaux. Repousse difficile en raison du manque d’eau
  • Deuxième fauche débutée dans les régions du Centre-du-Québec et de la Montérégie – Secteur de Châteauguay

Avis de dommages et indemnités en assurance récolte

Au 7 juillet, le tableau ci-dessous présente le nombre d’avis de dommages enregistrés pour chacune des cultures ainsi que les indemnités s’y rattachant.

Errata : Dans le tableau Avis de dommages et indemnités en assurance récolte nous aurions dû lire :

Sauvagine – nombre d’avis de dommages : 124 – indemnités versées à ce jour ($) : 452 299

Total 2020 – nombre d’avis de dommages : 2 245 – indermnités versées à ce jour ($) : 2 181 900

Légende :
nd : Non disponible
s. o. : Sans objet
Cultures Nombre d'avis
de dommages
Indemnités versées
à ce jour ($)
Principales causes
de dommages
Principales régions indemnisées
Apiculture 35 674 026 Maladies
Sécheresse
Abitibi-Témiscamingue
Montérégie
Céréales d'automne1 153 562 786 Gel Montérégie
Centre-du-Québec
Lanaudière
Cultures émergentes 1 s. o. Animaux sauvages s. o.
Cultures maraîchères 96 52 464 Excès de vent
Sécheresse
Montérégie
Lanaudière
Céréales, maïs-grain et protéagineuses 1 361 224 411 Sécheresse
Gel
Centre-du-Québec
Montérégie
Collectif
(céréales, maïs-grain et maïs fourrager)
196 2 362 Gel
Sécheresse
Chaudière-Appalaches
Bas-Saint-Laurent
Collectif
(foin et pâturages)
s. o. s. o. s. o. s. o.
Légumes de transformation 107 s. o. Sécheresse
Insectes
s. o.
Petits fruits 53 54 592 Gel
Sécheresse
Montérégie
Estrie
Pommes 75 158 960 Maladies
Sécheresse
Montérégie
Laurentides
Pommes de terre 11 s. o. Sécheresse
Gel
s. o.
Sauvagine 274 662 079 Oiseaux migrateurs Outaouais
Lanaudière
Sirop d’érable 33 s. o. Gel
Excès de chaleur
s. o.
Total 2020 2 395 2 391 680 s. o. s. o.
Total 20192 1 066 1 765 434 s. o. s. o.
  • 1 Nouvelle protection automne 2019 - hiver 2020
  • 2 À la même période, ne prend pas en considération la protection Céréales d’automne disponible depuis l’automne 2019

Équipe de rédaction

Direction de l’intégration des programmes

Pour information

Relations médias
Valérie Beaulieu
418 834-6866, poste 6223

Références

Avis important

L'état des cultures au Québec est publié toutes les deux semaines, de mai à novembre. Le bilan de l’année est publié généralement à la fin de l’hiver. Son contenu relate les faits climatiques portés à notre attention et les impacts qui en découlent. Il ne doit en aucun cas être interprété comme une analyse ou une position finale de La Financière agricole.