Passer au contenu
Logo du gouvernement du Québec. Accéder à Québec.ca
La Financière agricole
du Québec
La Financière agricole du Québec

Options d'accessibilite

Les options suivantes peuvent améliorer votre expérience de navigation dans notre site. Sélectionnez celles qui vous conviennent.

Feuille de style

Taille du texte

Salle de presse

L’état des cultures au Québec, bilan au 1er septembre 2020, rapport numéro 9

En bref

  • Deuxième fauche de foin terminée dans les régions de la Montérégie, de la Mauricie et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. En cours dans les autres régions. Rendement majoritairement en dessous des normales
  • Troisième fauche de foin débutée dans plusieurs régions
  • Récolte des céréales d’automne terminée dans toutes les régions sauf au Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Récolte des céréales de printemps (blé, orge ou avoine) en cours sauf dans la région de la Côte-Nord. Terminée en Montérégie
  • Soya débutant son mûrissement
  • Maïs-grain poursuivant le remplissage des grains
  • Ensilage de maïs fourrager débuté en avance en Montérégie – Secteur de Châteauguay
  • Récolte de pommes de terre débutée dans les régions du Centre-du-Québec, de Lanaudière, de la Mauricie et de la Montérégie. Calibre de la pomme de terre plus petit que la normale en raison du manque d’eau
  • Récolte de haricots de transformation et de maïs sucré pour la transformation en cours. Rendements observés dans la normale ou inférieurs à la normale
  • Récolte de pommes débutant dans les Laurentides – Laval ainsi qu’en Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu et Secteur de Châteauguay. Rendements dans les normales
  • Récolte des fraises à jours neutres, des framboises et des bleuets se poursuivant
  • 4 406 avis de dommages enregistrés, principalement pour les céréales, le maïs-grain et les protéagineuses (3 146) et la sauvagine (281), comparativement à 2 333 l’an dernier à la même période (excluant les céréales d’automne)
  • Indemnités versées à ce jour : 27 453 608 $ dont plus de 21 M$ pour la première avance aux adhérents de la protection collective Foin et pâturages

Conditions climatiques particulières

  • Pour l’ensemble de la province, les températures ont été parfois dans les normales dans la première semaine, mais au-dessous de celles-ci la deuxième semaine. Les nuits sont maintenant plus fraîches.
  • Des précipitations abondantes, parfois sous forme d’orages, sont survenues durant les deux dernières semaines, réduisant le déficit hydrique et ramenant le sol à une humidité normale et parfois même en surplus d’eau. Le sol reste sec dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.
  • La température est passée sous 0 degré Celsius en Abitibi-Témiscamingue, secteur de l’Abitibi, dans la nuit du 30 au 31 août.
  • Les précipitations ainsi que l’humidité ont ralenti les battages de céréales et le pressage de la paille. Elles ont également favorisé la prolifération fongique et la croissance des mauvaises herbes.
  • Un épisode de grêle a été observé en Mauricie aux environs de Pointe-du-Lac le 17 août ayant fait des dommages notamment dans des champs de fraises à jours neutres. Un autre a été recensé le 18 août aux alentours d’Oka dans la région des Laurentides – Laval.

    Cumul des précipitations (mm) à partir du 1er avril

    Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente les précipitations (mm) à partir du premier avril. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

    • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
      • Saguenay–Lac-Saint-Jean
           :   Saint-Prime (101,8 mm), Mistassini (101,3 mm)
      • Laurentides
           :   Rivière-Rouge (124,6 mm)
      • Outaouais
           :   Réservoir Baskatong (103,4 mm), Rivière de la Corneille (95,8 mm)
    • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins de précipitations (mm) depuis le 1er avril, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
      • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
           :  Cap Madeleine (-153,4 mm)
      • Bas-Saint-Laurent
           :   Rimouski (-133,8 mm), Rivière-du-Loup (-140,6 mm)
      • Estrie
           :  Sainte-Cécile-de-Whitton (-186,6 mm)
      • Chaudière-Appalaches
           :  Beauceville (-128,5 mm)

    Cumul des degrés-jours à partir du 1er avril (base 5 degrés)

    Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des degrés-jours à partir du premier avril (base 5 degrés). Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

    • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus grand écart de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
      • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
           :   Percé (227,4), Cap-Chat (228,8)
      • Abitibi-Témiscamingue
           :   Pépinière Trécesson (242,1)
      • Bas-Saint-Laurent
           :   Rivière-du-Loup (243,2)
      • Lanaudière
           :   Matawin Barrage amont (214,6)
    • Les 3 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus grand déficit de degrés-jours sur la base 5, comparativement à la moyenne des années de 1981 à 2010 :
      • Outaouais
           :   Rivière de la Corneille (-73,7), Lac-Sainte-Marie (-8,7)
      • Laurentides
           :   Papineau-Labelle (-59,0)
      • Bas-Saint-Laurent
           :   Estcourt (-25,9)
      • Abitibi-Témiscamingue
           :   Capitchouane (-27,0)

    Cumul des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai

    Ce graphique provient du site Agrométéo Québec. Il présente la cumulation des unités thermiques maïs (UTM) à partir du 15 mai. Pour obtenir des informations plus précises, visitez le site d'Agrométéo Québec à partir du lien suivant ce graphique.

    • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le plus d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
      • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
           :   Cap-Chat Est (372), Cap-Madeleine (343) et Saint-Godefroi (373)
      • Bas-Saint-Laurent
           :   Pépinière Saint-Modeste (336)
      • Saguenay–Lac-Saint-Jean
           :   Mistassini (292)
    • Les 5 stations météo des régions suivantes sont celles ayant cumulé le moins d’unités thermiques maïs (UTM) depuis le 15 mai, comparativement à la moyenne des années 1981 à 2010 :
      • Laurentides – Laval
           :   Laval (-99), Papineau Labelle (-100) et Mont-Laurier F (-119)
      • Lanaudière
           :   Lanoraie (-149)
      • Abitibi-Témiscamingue
           :   Cloutier (-136)

    Le degré-jour et l’unité thermique maïs (UTM) sont des indices thermiques mesurant la quantité de chaleur disponible à la croissance et à la maturation des plantes.

    • Les degrés-jours sur la base 5 degrés Celsius s’accumulent lorsque la température moyenne quotidienne dépasse 5°C.
    • Les UTM s'accumulent lorsque la température minimale quotidienne observée est supérieure à 4,4°C. En fin de saison, les UTM ne sont plus comptabilisées lorsque la température atteint -2°C.

    Pour plus d’informations sur les indices agrométéorologiques

    Évolution des semis, de la croissance et des récoltes

    Pourcentages moyens de réalisation des semis des cultures céréalières, maïs-grain, protéagineuses et de pommes de terre

    Légende :
    s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
    Régions administratives Avoine Blé Orge Maïs-grain Soya Haricot sec Canola Pommes de terre Céréales d'automne
    Abitibi-Témiscamingue
    5
    20
    35
    0 0 s. o. 0 0
    99
    Bas-Saint-Laurent
    15
    20
    25
    0 0 s. o. 0 0
    100
    Capitale-Nationale
    50
    50
    100
    0 0 s. o. 0 0
    100
    Centre-du-Québec
    90
    90
    90
    0 0 s. o. s. o.
    15
    100
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
    50
    50
    100
    0 0 s. o. 0 0
    100
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
    50
    60
    90
    0 0 s. o. 0 s. o.
    100
    Côte-Nord 0 0 0 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Estrie
    40
    90
    100
    0 0 s. o. s. o. s. o.
    100
    Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
    5
    10
    10
    s. o. 0 s. o. 0 0 s. o.
    Lanaudière
    35
    100
    63
    0 0 0 s. o.
    5
    100
    Laurentides – Laval
    18
    90
    55
    0 0 s. o. s. o. s. o.
    100
    Mauricie
    70
    90
    100
    0 0 0 s. o.
    10
    100
    Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
    100
    100
    100
    0 0 s. o. 0
    5
    100
    Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
    100
    100
    100
    0 0 s. o. s. o.
    5
    100
    Montérégie – Secteur de Châteauguay
    100
    100
    100
    0 0 s. o. s. o.
    10
    100
    Outaouais
    30
    90
    60
    0 0 s. o. s. o. 0
    100
    Saguenay–Lac-Saint-Jean
    20
    25
    25
    0 0 s. o. 0 0 s. o.
    Total au 1er septembre 20201 36 68 51 0 0 0 0 2 99
    Comparativement au 3 septembre 2019 21 45 39 0 0 0 0 5 NA
    Comparativement au 28 août 2018 37 73 44 0 0 0 0 6 NA
    Comparativement au 5 septembre 2017 15 47 37 0 0 0 0 9 NA
    • 1. Pourcentages pondérés selon les superficies

    NA: non applicable

    Évolution des productions acéricoles, légumières et pomicoles

    Légende :
    nd : Non disponible
    s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
    Acériculture Cultures maraîchères Légumes de transformation Pommes
    Régions administratives Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté
    Abitibi-Témiscamingue
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Bas-Saint-Laurent
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 nd nd nd s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Capitale-Nationale
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    0-80 s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    nd nd nd
    Centre-du-Québec
    Dans la moyenne
    Supérieure à la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    60-90
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    nd s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    nd nd nd
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o.. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Estrie
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    50-70 s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    nd
    Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Lanaudière
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    25-75
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    5-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Laurentides – Laval
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-100 s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-5
    Mauricie
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    65-100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    15-85
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    30-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    25-85
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    0-100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-5
    Montérégie – Secteur de Châteauguay
    Supérieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    35-55
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    20-100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-5
    Outaouais
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    50-90 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Saguenay–Lac-Saint-Jean s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    0-90 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.

    Évolution des productions fruitières et apicoles

    Légende :
    nd : Non disponible
    s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
    Fraises Bleuets Apiculture
    Régions administratives Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité % récolté Survie à l'hiver Quantité Qualité %  récolté
    Abitibi-Témiscamingue s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Bas-Saint-Laurent
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    40-50
    Capitale-Nationale
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    80-100
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    50-80
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    90-100
    Centre-du-Québec s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    80-100
    Dans la moyenne
    s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    80-100
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    80-100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    nd nd nd
    Côte-Nord s. o. s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-20 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Estrie
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Lanaudière s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Laurentides – Laval
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    60-100 s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Mauricie
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Supérieure à la moyenne
    100
    Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100 s. o. s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Montérégie – Secteur de Châteauguay s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Outaouais s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o. s. o.
    Saguenay–Lac-Saint-Jean
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    40-80
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100

    Évolution des conditions de croissance et des récoltes du foin et des pâturages

    Légende :
    nd : Non disponible
    s. o. : Sans objet (Moins de trois clients ou une culture non présente dans la région)
    1re fauche 2e fauche 3e fauche
    Régions administratives Survie à l'hiver (repousse) Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté Quantité Qualité % récolté
    Abitibi-Témiscamingue
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    50-90 nd nd nd
    Bas-Saint-Laurent
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    30-100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    0-50
    Capitale-Nationale
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    0-100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-80
    Centre-du-Québec
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    90-100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-10
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Lévis
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    50-100
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    0-100
    Chaudière-Appalaches – Secteur de Sainte-Marie
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    70-100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-70
    Côte-Nord
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    0-25 nd nd nd
    Estrie
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    90-100 nd nd nd
    Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine – Secteur Gaspésie
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    10-50 nd nd nd
    Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine – Secteur Îles-de-la-Madeleine
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    10-50 nd nd nd
    Lanaudière
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    95-100 nd nd nd
    Laurentides – Laval
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    80-100 nd nd nd
    Mauricie
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    25-75
    Montérégie – Secteur de Saint-Hyacinthe
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    40-60
    Montérégie – Secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    40-60
    Montérégie – Secteur de Châteauguay
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    15-25
    Outaouais
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    90-100 nd nd nd
    Saguenay–Lac-Saint-Jean
    Dans la moyenne
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Inférieure à la moyenne
    Dans la moyenne
    100
    Dans la moyenne
    Dans la moyenne
    30-50

    Les informations contenues dans ce tableau sont données à titre indicatif et ne sont pas basées sur les données des stations météo.

    Avis de dommages et indemnités en assurance récolte

    Au 1er septembre, le tableau ci-dessous présente le nombre d’avis de dommages enregistrés pour chacune des cultures ainsi que les indemnités s’y rattachant.

    Légende :
    nd : Non disponible
    s. o. : Sans objet
    Cultures Nombre d'avis
    de dommages
    Indemnités versées
    à ce jour ($)
    Principales causes
    de dommages
    Principales régions indemnisées
    Apiculture 49 692 950 Maladies
    Sécheresse
    Abitibi-Témiscamingue
    Montérégie
    Céréales d’automne2 158 691 997 Gel Montérégie
    Centre-du-Québec
    Lanaudière
    Cultures émergentes 4 s. o. Sécheresse s. o.
    Cultures maraîchères 210 1 242 513 Sécheresse
    Excès de vent
    Montérégie
    Lanaudière
    Céréales, maïs-grain et protéagineuses 3 146 1 532 063 Sécheresse
    Gel
    Montérégie
    Centre-du-Québec
    Collectif (céréales, maïs-grain et maïs fourrager) s. o. 44 144 Gel
    Sécheresse
    Chaudière-Appalaches
    Centre-du-Québec
    Collectif
    (foin et pâturages)
    s. o. 21 307 872 s. o. s. o.
    Légumes de transformation 213 88 733 Sécheresse
    Excès de vent
    Lanaudière
    Montérégie
    Petits fruits 106 108 092 Gel
    Sécheresse
    Montérégie
    Estrie
    Pommes 169 368 793 Maladies
    Sécheresse
    Montérégie
    Laurentides
    Pommes de terre 37 58 321 Sécheresse Lanaudière
    Abitibi-Témiscamingue
    Sauvagine 281 1 271 250 Oiseaux migrateurs Saguenay
    Outaouais
    Sirop d’érable 33 46 880 Gel
    Excès de chaleur
    Chaudière-Appalaches
    Estrie
    Total 2020 4 406 27 453 608 s. o. s. o.
    Total 20193 2 333 5 560 262 s. o. s. o.
    Moyenne 5 ans3 2 748 12 822 189 s. o. s. o.
    Moyenne 10 ans3 3 443 10 321 508 s. o. s. o.
    • 2 Nouvelle protection automne 2019 - hiver 2020
    • 3 À la même période, ne prend pas en considération la protection Céréales d’automne disponible depuis l’automne 2019

    Équipe de rédaction

    Direction de l’intégration des programmes

    Pour information

    Relations médias
    Valérie Beaulieu
    418 834-6866, poste 6223

    Références

    Avis important

    L'état des cultures au Québec est publié toutes les deux semaines, de mai à novembre. Le bilan de l’année est publié généralement à la fin de l’hiver. Son contenu relate les faits climatiques portés à notre attention et les impacts qui en découlent. Il ne doit en aucun cas être interprété comme une analyse ou une position finale de La Financière agricole.